Test Netgear Nighthawk RS700S : le routeur Wi-Fi 7 qui mettra à genoux votre connexion ultra haut débit

Assez design, facile à installer et utiliser, le Nighthawk RS700S est le premier routeur « classique » de Netgear compatible avec le Wi-Fi 7. Il promet beaucoup, des débits ultrarapides et une couverture vaste. De quoi accélérer votre vie numérique ?

Sommaire
Test Netgear Nighthawk RS700S MEA
Netgear Nighthawk RS700S
  • Le design assez discret et soigné
  • La connectique au sommet et riche
  • L’application simple, l’interface Web complète
  • La facilité de configuration et d’utilisation
  • Les débits du Wi-Fi 7 digne du très haut débit
  • La couverture excellente
  • Le service Armor gratuit un an
  • Le boîtier plutôt encombrant
  • Le prix très élevé
  • Le coût des services complémentaires
  • L’application manque de fonctions

Netgear n’est pas arrivé le premier sur le marché à peine défriché des routeurs Wi-Fi 7, nouveau standard sans-fil arrêté mais non encore finalisé. C’est son concurrent de toujours, TP-Link, qui a tiré le premier. Néanmoins la société américaine, réputée pour la qualité et le prix de ses produits, n’a pas tardé à répliquer. Le Nighthawk RS700S est la première salve, son premier tir de barrage, avant les Orbi, routeurs maillés plus grand public, bien que fort chers, compatibles avec le Wi-Fi 7.

Netgear Nighthawk RS700S
©Tom’s Hardware

Pour mémoire, le Wi-Fi 7, tout comme son aîné le Wi-Fi 6E, repose sur l’utilisation d’une bande de fréquences nouvellement libérées : celle des 6 GHz. Un nouveau terrain de jeu où les interférences sont moindres puisque les routeurs et appareils compatibles sont moins nombreux, et qui promet surtout monts et merveilles grâce à des canaux de 320 MHz de large.

Encore que le pluriel ne soit pas de rigueur de ce côté-ci de l’Atlantique : en France (et dans tous les pays de la Zone 1 telle que définie par l’Union Internationale des Télécommunications – UIT), l’intégralité de la bande d’environ 1200 MHz n’est pas dédiée au Wi-Fi 7. La partie supérieure de cette plage de fréquences (6425 à 7125 MHz) est actuellement soumise à une réflexion, désormais au niveau européen. Les instances techniques européennes devraient trancher la question et décider d’une harmonisation fin 2026 ou début 2027. D’ici là, la bande des 6 GHz est suffisamment large pour proposer un seul canal de 320 MHz, mais c’est déjà un progrès significatif et la promesse de débits en forte hausse.

Reste que si les routeurs Wi-Fi 6 et 6E voient leur prix baisser, les routeurs Wi-Fi 7 sont encore coûteux… A quel point ?

Netgear Nighthawk RS700S
Le design est relativement discret et “passe-partout”, mais n’en reste pas moins assez imposant. – ©Tom’s Hardware

Netgear Nighthawk RS700S
Image 1 : Test Netgear Nighthawk RS700S : le routeur Wi-Fi 7 qui mettra à genoux votre connexion ultra haut débit
  • Netgear Nighthawk RS700S
    899€
  • Son-Vidéo.com
    899€
  • Fnac
    1,063.94€

💸 Prix et disponibilité du Nighthawk RS700S

La gamme des Nighthawk est davantage tournée vers les geeks que celle des Orbi. Elle propose souvent plus de réglages et de fonctions avancées. Comme toutes les gammes de produits tech, elle décline son offre en modèles haut, milieu et d’entrée de gamme. Netgear aime toutefois à commencer par le haut.

Le RS700S se positionne donc plutôt dans la tranche supérieure des tarifs auxquels on peut s’attendre. Le Netgear Nighthawk RS700S est ainsi vendu 899,99 euros. C’est loin d’être un prix qu’on prend à la légère, d’autant qu’il faut bien garder en tête que pour ce tarif on ne couvrira certainement pas tout son logement. Ce Nighthawk n’est pas un routeur maillé, et il est livré seul.

Netgear Nighthawk RS700S câbles
Le Netgear Nighthawk RS700S est livré avec un adaptateur secteur et un câble Ethernet. – ©Tom’s Hardware

🎛️ Caractéristiques techniques : un Nighthawk en haut du panier

Avant de commenter la fiche technique du routeur de Netgear, peut-être est-il nécessaire de rappeler deux points importants. Le premier est que si votre connexion n’est pas très rapide – au moins 1 Gbit/s descendant/entrant – et n’est pas appelée à évoluer rapidement, adopter un routeur haut de gamme Wi-Fi 7 n’est pas une urgence. Vous n’exploiterez pas réellement son potentiel (à moins d’avoir de gros besoins en matière de partage de fichiers sur votre réseau local) ; autant donc acheter un routeur moins cher dont vous profiterez pleinement.

Le second point, dans un même ordre d’idée, est qu’il existe plusieurs types de routeurs Wi-Fi. Pour aller au plus direct, il y a les routeurs simples comme ce RS700S qui offre une zone de couverture plus ou moins importante en fonction de sa puissance. Sauf à avoir un logement de petite taille ou à pouvoir placer le routeur en son centre, il est peu probable que vous puissiez couvrir tout votre domicile ainsi.

La seconde sorte de routeurs est ce qu’on appelle des routeurs maillés. Il s’agit en fait de plusieurs modules interconnectés qui vont créer une couverture large et généralement performante afin de vous permettre de vous connecter partout chez vous. Les Orbi de Netgear entrent dans cette catégorie, tout comme les Deco de TP-Link ou les Eero d’Amazon.

Nighthawk RAXE300
Le Nighthawk RAXE300 de Netgear affichait un design beaucoup moins… discret. – ©Tom’s Hardware

Le RS700S pourra peut-être se voir adjoindre d’autres modules éventuellement, ce qui n’est pas annoncé pour le moment et ne semble pas devoir être le cas. En l’état, il faut garder en tête qu’il peut apporter beaucoup mais pas forcément toute la couverture désirée. Même si c’est très difficile à estimer de manière générale, selon la configuration des pièces de votre logement et les matériaux utilisés dans les murs vous devriez pouvoir couvrir entre 50 et 80 mètres carrés, guère plus et pas toujours au mieux.

  • Processeur : Quad-core à 2,6 GHz
  • Mémoire : 2 Go
  • Fréquences : 2,4 GHz, 5 GHz, et 6 GHz
  • Débits théoriques : 19 Gbit/s, répartis en 1,4 Gbit/s (en 2,4 GHz), 5,8 Gbit/s (en 5 GHz) et 11,5 Gbit/s (en 6 GHz)
  • Nombre d’antennes : 8
  • Nombre de flux : 12
  • Connectique : 1x 10 Gbit/s Ethernet WAN, 1x 10 Gbit/s Ethernet LAN, 4x 1 Gbit/s Ethernet, 1x USB 3.0
  • Dimensions : 28,2 x 14,2 x 12,4 cm
  • Poids : 1,635 kg
Netgear Nighthawk RS700S RAXE300
Le Nighthawk RS700S, à gauche, et le Nighthawk RAXE300, à droite. – ©Tom’s Hardware

Malgré cette limite de couverture, impossible de nier que la connectique proposée par Netgear est excellente. Du côté filaire, le fabricant américain aborde les choses intelligemment. Un port 10 Gbit entrant pour la connexion à votre box. Ce qui veut dire que si votre opérateur vous offre une connexion à Internet performante, assortie d’une box avec un port 5 ou 10 Gbit, ce n’est pas le routeur de Netgear qui sera le facteur limitant.

Netgear va encore plus loin en proposant un second port 10 Gbit pour connecter un PC, ou un hub. Cela garantira que le meilleur débit sera alloué à la ou aux machines connectées ainsi. Un NAS pourrait également être un bon candidat.

Viennent ensuite quatre ports Ethernet classiques, pour brancher un boîtier TV, une console ou tous périphériques qui a besoin d’une connexion filaire stable mais n’est pas taillé pour utiliser plus qu’un port Gigabit Ethernet. On aurait apprécié un port 2,5 Gbit en lieu et place d’un de ces ports Gigabit Ethernet, mais la facture en serait certainement encore plus salée.

Enfin, ceux qui aiment partager des imprimantes ou des disques locaux sur le réseau pourront utiliser le port USB, qui sera accessible à tous les utilisateurs du réseau.

Netgear Nighthawk RS700S connectique
©Tom’s Hardware

Intéressons-nous maintenant à la partition Wi-Fi du RS700S. Si on n’est pas au maximum théorique, difficile de trouver à redire. Le routeur de Netgear n’annonce pas moins de 19 Gbit/s de débits cumulés, et bien évidemment c’est la fréquence des 6 GHz qui se taille la part du lion (11,5 Gbit/s), suivi de loin par l’ancienne reine du Wi-Fi, la bande des 5 GHz (5,8 Gbit/s). On notera d’ailleurs que le routeur n’est pas quadri-bande, c’est-à-dire qu’il ne propose pas deux champs de fréquences en 5 GHz.

Pour gérer cette débauche de performances (théoriques), le routeur de Netgear embarque un processeur ARM solide, assisté par une belle quantité de mémoire vive et 512 Mo de mémoire flash pour le stockage du système d’exploitation et des configurations. Il faut beaucoup de puissance de calcul pour gérer les douze flux mis en place par les huit antennes intégrées, dont le signal est bien évidemment amplifié pour obtenir les meilleures performances.

Ce sont ces antennes et ces amplificateurs qui expliquent, d’une part, la consommation importante du RS700S (avec une puissance de 60 W et un fonctionnement 24h/24 toute l’année, on arrive ainsi à un maximum de 525 kWh environ) et également son design.

Netgear Nighthawk RS700S connectique
©Tom’s Hardware

🧑‍🎨 Design : tout pour la chaleur et les ondes

A le voir, le RS700S est une tour, plutôt haute qui plus est, donc le design n’est pas sans rappeler par sa verticalité les Orbi de Netgear, ou certains routeurs maillés d’Asus. Le choix de ce design obéit aux mêmes obligations, aux mêmes lois. Il vous faut en effet penser à ce boîtier comme à une grosse cheminée destinée à évacuer la chaleur produite par les composants et dispersées par un gros radiateur intérieur. Les évents à son sommet sont d’ailleurs là pour laisser passer l’air chaud. N’ayez pas d’inquiétude pour autant : le tout est silencieux.

Mais cette position verticale est également parfaite pour permettre aux antennes d’émettre le signal le plus robuste possible. Contrairement à la génération précédente, on appréciera que les antennes ne soient pas mobiles : c’est toujours moins de risque de les endommager ou casser, même si les routeurs Netgear sont généralement robustes.

En l’espèce, le plastique utilisé est épais et solide et le design sans être discret est suffisamment plaisant pour qu’on n’hésite pas trop à le laisser sur un rebord d’étagère ou de commode pour le laisser mener à bien sa mission. N’oubliez pas qu’un routeur Wi-Fi enfermé dans un placard ou dans une niche de bibliothèque fournira un réseau bien moins bon.

Netgear Nighthawk RS700S boutons
Des témoins indiquent quelles bandes de fréquences sont activées, et un bouton permet d’éviter de faire du RS700S un phare dans la nuit… – ©Tom’s Hardware

Netgear Nighthawk RS700S
Image 1 : Test Netgear Nighthawk RS700S : le routeur Wi-Fi 7 qui mettra à genoux votre connexion ultra haut débit
  • Netgear Nighthawk RS700S
    899€
  • Son-Vidéo.com
    899€
  • Fnac
    1,063.94€

📶 Couverture : des progrès importants

Netgear a revu son système d’antennes pour le Nighthawk RS700S. Elles sont plus bien performantes, et évidemment amplifiées. Un point qui s’ajoute aux évolutions techniques du Wi-Fi 7 qui ont un impact sur la gestion des interférences, la qualité et l’efficacité d’émission.

Quoi qu’il en soit, dans le cadre de notre appartement tout en longueur grevé de murs porteurs épais, véritable cauchemar pour les routeurs Wi-Fi, nous avons réalisé un relevé de couverture. Pour prendre la mesure des progrès réalisés par les routeurs d’une génération à une autre, nous avons opposé deux routeurs Netgear de gamme presque similaire : l’un était le fer de lance de la génération Wi-Fi 6E, le Nighthawk RAXE300, l’autre est donc celui de la génération Wi-Fi 7, le Nighthawk RS700S.

Qu’en ressort-il ? Évidemment que la couverture théorique annoncée par Netgear n’a rien à voir avec la réalité. Ces mesures sont généralement réalisées dans des espaces où la propagation des ondes est optimale. Rien à voir avec les conditions réelles rencontrées dans la plupart des logements construits en « dur ».

Netgear Nighthawk RS700S heatmap
La couverture du Nighthawk RS700S, comparée à celle du… – ©Tom’s Hardware
Netgear Nighthawk RAXE300 heatmap
Nighthawk RAXE300, de Netgear toujours. – ©Tom’s Hardware

Néanmoins, la couverture assurée par le RS700S est bonne, voire excellente pour un seul routeur. Nous avons réussi à capter un signal suffisamment fort pour réaliser nos tests jusqu’à notre troisième point de mesures sur quatre. Au-delà, la connexion est trop instable. Ce troisième point se situe tout de même entre 10 et 15 mètres du routeur, une zone qui n’est généralement pas très bien couverte par les routeurs uniques.

En comparant les deux heatmaps, on observe immédiatement les gains en couverture. Au global, sans couvrir l’intégralité de notre logement de test, le RS700S réalise un meilleur travail que son aîné. La couverture de bonne et moyenne qualité (de vert à jaune) et même de qualité légèrement dégradée (orange) est plus étendue. Cela signifie donc qu’on capte un meilleur signal et, forcément, obtient des débits plus élevés. Sans compter que la latence est moindre – jusqu’à 100 fois moins que celle du Wi-Fi 6 – grâce à quelques nouveautés introduites par le Wi-Fi 7, dont la perforation de préambule. De fait, nous avons relevé une latence qui oscillait entre 3 et 6 ms, ce qui est tout bonnement exceptionnel.

🚀 Débits : des gains conséquents de bout en bout

Pour mesurer les débits, nous avons utilisé plusieurs outils. Le premier est nPerf. Il permet d’obtenir des débits montants et descendants en se connectant à un serveur en ligne. Son principe de fonctionnement est de tenter de saturer la connexion et d’établir ensuite un débit moyen stable en crête.

Bien entendu, au vu des capacités du Wi-Fi 7, il faut que la connexion à Internet utilisée pour le test soit excellente. Pour s’assurer que notre connexion n’est pas un frein à ce genre de mesures, nous avons d’abord réalisé un test de bande passante en filaire via un port 10 Gbit connectée au port 10 Gbit de la box. Les débits relevés ont été de 7,6 Gbit descendants et de 4,4 Gbit montants. Pas loin du maximum théorique de la connexion en download, donc.

Nous utilisons également un autre outil, iPerf3, qui sollicite la connexion différemment en utilisant des paquets de données dont on peut déterminer la taille. C’est un moyen de mesurer la robustesse de la connexion et apporter un éclairage complémentaire au speedtest habituel.

Image 3 : Test Netgear Nighthawk RS700S : le routeur Wi-Fi 7 qui mettra à genoux votre connexion ultra haut débit
©Tom’s Hardware

En soi, les débits relevés en Wi-Fi 7 sont exceptionnels et laissent même rêveurs. Comment ne pas l’être avec des débits qui dépasse allègrement les 3 Gbit/s sur un appareil ? Bien entendu, on constate une perte de débit importante plus on s’éloigne du routeur, mais on flirte malgré tout avec le Gigabit par seconde en bout de portée avec un outil comme nPerf. C’est pour le moins excellent !

Avec iPerf 3, qui produit souvent des résultats plus proches de la réalité des usages, les débits sont moins bons, mais toujours très impressionnants. A près de 300 Mbit/s en bout de portée, il est clair qu’on a largement de quoi streamer de la 4K, jouer en réseau et télécharger de gros documents, et tout cela en simultané.

Image 4 : Test Netgear Nighthawk RS700S : le routeur Wi-Fi 7 qui mettra à genoux votre connexion ultra haut débit
©Tom’s Hardware

Mais ce qui est le plus bluffant sans doute, c’est de comparer les résultats obtenus avec ces deux outils par chacun de nos deux routeurs de test.

Alors que le Nighthawk RAXE300 était un des meilleurs routeurs de sa génération en Wi-Fi 6E, les débits qu’il offre, dans les mêmes conditions sont bien plus bas. Ils plafonnent à 1 Gbit au maximum, et descendent en dessous des 200 Mbit/s en bout de portée. Une fois encore, c’est très bon et ces débits sont aussi permis par la qualité de la connexion entrante.

Néanmoins, on voit clairement qu’il y a un intérêt à passer au Wi-Fi 7 si les débits (et la couverture) sont cruciaux pour vous. Bien entendu, une fois encore, opter pour un tel routeur n’a vraiment de sens que si votre connexion entrante va réellement bien au-delà du Gbit/s, et que si vous avez un parc d’appareils compatibles Wi-Fi 6E (et supérieur) important, ou prévoyez d’étoffer votre collection de produits sans-fil.

Netgear Nighthawk logo
©Tom’s Hardware

🛠️ Configuration : l’enfance de l’art

Le temps des routeurs compliqués à configurer est révolu depuis bien longtemps. Désormais, il suffit d’un peu de patience, d’un smartphone et l’affaire est rondement menée. On télécharge l’application Nighthawk, gratuite et bien entendu disponible sur Android et iOS. On branche le routeur à sa box (avec des câbles Ethernet de catégorie 6E et supérieure, un est fourni avec le routeur), puis on scanne un QR présent sur l’appareil et, quelques minutes plus tard, on a un réseau Wi-Fi opérationnel.

Netgear Nighthawk RS700S application configuration
©Tom’s Hardware

L’application de Netgear permet de configurer l’essentiel des réglages utiles au quotidien. Pour ceux qui aiment toujours plus de contrôle et de détails dans la configuration, quitte parfois à refermer un onglet comme on quitterait l’antre d’un monstre, sur la pointe des pieds en espérant ne pas le réveiller, il est possible de passer par une interface Web classique. Sobre et plus ancienne dans son approche, elle donne accès à beaucoup de paramètres avancés.

Netgear Nighthawk RS700S application
©Tom’s Hardware

Quoi qu’il en soit, il est ainsi possible depuis l’application de gérer de manière sommaire les périphériques qui se connectent au réseau, de mettre en place une politique de Qualité de Service rudimentaire qui privilégiera un usage, d’établir un contrôle parental basique, etc. Attention toutefois les fonctions de base du contrôle parental sont très limitées et la solution plus avancée est… payante. Elle coûtera 70 euros par an, une somme qui s’ajoutera à celle qu’il vous faudra à terme débourser pour bénéficier de l’offre Armor…

Netgear Nighthawk RS700S configuration
©Tom’s Hardware

Netgear Nighthawk RS700S
Image 1 : Test Netgear Nighthawk RS700S : le routeur Wi-Fi 7 qui mettra à genoux votre connexion ultra haut débit
  • Netgear Nighthawk RS700S
    899€
  • Son-Vidéo.com
    899€
  • Fnac
    1,063.94€

🔒 Sécurité : l’offre Armor pour plus de sérénité

Pour ceux qui veulent d’ailleurs le plus de sérénité possible dans l’accompagnement de leur vie numérique, il est important de souligner que Netgear a la bonne idée de proposer un an d’abonnement gratuit à son offre Armor pour l’achat de son routeur – elle coûte ensuite 100 euros par an.

Armor est une solution de sécurité polymorphe et étonnamment complète, qui s’est d’ailleurs enrichie au fil des années. D’une part, elle réside dans le routeur et évitera que votre réseau ne soit menacé, et donc que les appareils qui s’y trouvent soient menacés. D’autre part, elle s’accompagne aussi d’un pendant logiciel qui peut être installé sur vos PC, tablettes ou smartphones (Android et iOS) sous la forme d’une application co-développée avec BitDefender.

Netgear Nighthawk RS700S
©Tom’s Hardware

Armor offre ainsi divers outils. Certains vont s’appliquer uniquement au réseau local, comme la détection de vulnérabilité, concentrée essentiellement sur les objets connectés, rarement mis à jour et qu’on a tendance à oublier, ou les tentatives de connexions en force brute. D’autres s’occupent de défendre les appareils de votre famille où qu’ils soient.

On trouve ainsi des outils de prévention, comme des antivirus, des pares-feux, des solutions de protection contre le vol de données, mais aussi un VPN. Un niveau de sécurité est par ailleurs calculé et s’affiche directement dans l’application Nighthawk et vous permet de savoir si certains choses doivent être améliorées ou corrigées.

Puisque l’offre est gratuite la première année, il serait dommage de s’en priver, il sera toujours temps de vous en passer ensuite si vous ne souhaitez pas payer l’abonnement.

⚖️ Netgear Nighthawk RS700S : notre verdict

Test Netgear Nighthawk RS700S MEA

Netgear Nighthawk RS700S

Le Wi-Fi 7 au sommet à un prix stratosphérique

  • Répéteurs WiFi Netgear NightHawk…
    899€
  • 899€
    Voir l’offre
  • 1,063.94€
    Voir l’offre
On aime
  • Le design assez discret et soigné
  • La connectique au sommet et riche
  • L’application simple, l’interface Web complète
  • La facilité de configuration et d’utilisation
  • Les débits du Wi-Fi 7 digne du très haut débit
  • La couverture excellente
  • Le service Armor gratuit un an
On n’aime pas
  • Le boîtier plutôt encombrant
  • Le prix très élevé
  • Le coût des services complémentaires
  • L’application manque de fonctions
Verdict :

Le design du Nighthawk RS700S est plutôt réussi, même s’il n’en fait pas un objet tech discret. Mais ce petit sacrifice au niveau de l’encombrement paie. La couverture du routeur est exceptionnelle et les débits assurés, avec des appareils compatibles, tout simplement stratosphériques. Bien entendu, un tel routeur n’a de sens que si votre connexion à Internet très haut débit suit et que vous avez des besoins conséquents – le Wi-Fi 7 couvre tous les usages présents, et prépare même l’avenir. Si l’offre de sécurité Armor, qui apporte une grande sérénité au quotidien, surtout avec des utilisateurs inexpérimentés et donc à risque, peut justifier le prix de son abonnement au bout de l’année gratuite, l’outil de contrôle parental devrait à notre sens être intégré directement dans l’offre de base. Enfin, l’application pourrait proposer davantage de fonctions avancées, qui éviteraient d’aller dans l’interface Web. Néanmoins, si un routeur est pour vous surtout une porte vers Internet, le RS700S vous ouvre tout grand celles d’un monde numérique connecté, uniquement limité par la vitesse de votre connexion fibre.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Hardware sur Google News pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Hardware

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !