Test : MSI Nightblade MI3, le mini-PC prêt à évoluer

2 : Un boîtier paré à durer 3 : Overclocking et performances en jeux 4 : Silence, consommation, températures 5 : Conclusion : à quelques degrés de la perfection

Un PC un peu moins mini

En mars dernier, nous avions testé et apprécié le Trident 3, un petit PC puissant silencieux et assez évolutif. Le Trident 3 n’est cependant pas la seule proposition de MSI sur le marché du mini PC gaming. Le Nightblade MI3 embarque ces composants similaires, dans un boîtier un peu plus grand. Un encombrement inutile ? Bien au contraire.

Les mini-PC déjà testés :
Le mini PC Corsair One Pro, grand prix de la conception
Asus GR8II, ce mini PC gaming n’a qu’un seul défaut
MSI Trident 3, aussi petit et plus puissant qu’une PS4 Pro
Zotac ZBox Magnus EN1070, une GTX 1070 dans un mini PC !

Fiche technique :

  • Modèle : MSI Nightblade MI3 VR7-005
  • Processeur : Intel Core i5-7400
  • Carte graphique : MSI GeForce GTX 1060 6 Go Gaming X
  • Mémoire vive : 2×8 Go DDR4 2400
  • Stockage : SSD PCIe Intel 600p 128 Go + disque dur WD Blue 1 To (7200 tr/min, SATA)
  • WiFi/Bluetooth : Intel AC 3168 (WiFi AC, dual band, 1×1, 433 Mbit/s + Bluetooth 4.2)
  • Alimentation : FSP SFX 350W 80Plus Bronze
  • Dimensions : 128 x 268 x 342 mm
  • Poids : 6,4 kg

MSI Nightblade MI3 VR7-005EU

1249€ > Darty

Design : carré, fonctionnel

Dès le premier contact, le Nightblade dégage une impression de solidité, due à son châssis en acier recouvert d’une peinture noire mate granitée et son poids concentré dans un aussi petit volume. Son design simple participe aussi à la sensation d’avoir un objet construit plus pour durer que pour frimer.

L’uniformité du noir est tout de même brisée par des accents de rouge en façade et sur le bord droit, qui laisse entrevoir la coque rouge de la GeForce Gaming X. Les amateurs apprécieront aussi les deux bandes de LED multicolores en façade.

Le Nightblade MI3 ne peut être placé que dans une seule position, à la verticale. Un pied surélève l’avant de l’appareil ce qui améliore l’accessibilité aux ports disponibles. Ils sont concentrés sur le côté droit : pour la plupart des joueurs, droitiers, qui installeront le NightBlade sur le bureau, c’est l’endroit le plus logique. On dispose là de deux jacks audio, un port USB type C et un USB type A. Une prise HDMI est aussi prévue en façade pour raccorder facilement un casque de VR.

Le reste des connecteurs est rassemblé à l’arrière. Rien d’extravagant ni d’exceptionnel, la connectique est logique pour une carte mère moderne supplée par une carte graphique.

Notez que l’alimentation du Nightblade est interne, ce qui est assez rare sur les mini PC pour être souligné.

Sommaire :

  1. Un PC un peu moins mini
  2. Un boîtier paré à durer
  3. Overclocking et performances en jeux
  4. Silence, consommation, températures
  5. Conclusion : à quelques degrés de la perfection