Accueil » Dossier » PlayStation 5 vs Xbox Series X : l’heure du match a sonné

PlayStation 5 vs Xbox Series X : l’heure du match a sonné

Dans leur version classique, les deux consoles coûtent 499 euros ; il faut donc trouver d’autres terrains pour les départager.

Cette année 2020 s’avère sombre et maussade par bien des d’aspects ; en matière de hardware en revanche, elle est plutôt lumineuse et palpitante. Des cartes graphiques RTX 3000 Ampere de NVIDIA aux Ryzen 5000 et RX 6000 d’AMD en passant par les Comet Lake-S et Tiger Lake d’Intel, le tableau est déjà enchanteur. Il incombe désormais à Microsoft et à Sony de le parachever, en rajoutant deux éléments au décor : deux machines nommées Xbox Series X et PlayStation 5. La première débarquera le 10 novembre prochain (ainsi que sa petite sœur Xbox Series S) ; la seconde, déclinée en versions classique et All Digital, arrivera avec quelques jours de retard en France, le 19 novembre.

Image 1 : PlayStation 5 vs Xbox Series X : l’heure du match a sonné

Sur la fresque, difficile de les départager. L’esthétique des deux consoles ? C’est très subjectif. Le prix ? Dans leur meilleure version, les deux rivales coûtent 499 euros. Les spécifications ? La championne de Microsoft est un peu plus puissante, mais cela reste théorique. C’est donc inévitable : quand on s’appelle Xbox Series X ou PlayStation 5, il ne suffit plus de prendre la pose ; les deux sujets auront de toute façon tout le loisir de le faire au cours de ces prochaines années, fièrement exposés dans la chambre ou le salon de leurs adorateurs. Mais pour l’heure, il est temps pour les consoles de montrer ce qu’elles ont dans le boîtier.

Plus que de simples objets

En préambule, sachez que l’arbitre de cette rencontre s’appelle Tom’s Hardware US. Nos confrères ont eu l’occasion de tester individuellement chacune des consoles, PlayStation 5 et Xbox Series X. De notre côté, nous vous proposerons également des dossiers complets sur les deux rivales dans les prochains jours.

D’autre part, si les résultats communiqués ici se veulent objectifs, nous avons bien conscience qu’ils ne justifient pas à eux seuls le choix d’une console, et heureusement. Cette décision est aussi motivée par d’autres considérations, y compris affectives. C’est d’autant plus vrai pour ce type de produits, véritables compagnons de jeu capables de distraire leur propriétaire pendant des années. Et quand on aime, on s’accommode des défauts, c’est bien connu ; du moins pendant un certain temps. Les résultats ci-dessous n’ont donc aucune ambition prescriptive : ils vous permettront simplement de choisir votre prochain acolyte en connaissance de cause.

Spécifications

Au cours des mois précédents, les arguments marketing mis en avant par Sony et Microsoft étaient assez proches : des temps de chargement très rapides grâce à la présence d’un SSD NVMe et des jeux en 4K agrémentés de ray tracing. De fait, les Xbox Series X et PlayStation 5 ont une architecture matérielle similaire.

Ainsi, elles embarquent donc toutes deux un SSD NVMe et des SoC alliant CPU Zen 2 GPU RDNA 2 signés AMD. Le GPU de la Xbox Series X est un peu plus puissant : il délivre 12 TFLOPS contre 10,3 TFLOPS. Pour mettre ces valeurs en perspective avec des GPU PC, sachez qu’une RTX 2080 Ti parvient à du 13,45 TFLOPS ; une RTX 3080, 29,77 TLFOPS ; une RTX 3090, 35,58 TFLOPS.

Pour l’instant, sur les jeux à disposition, qui ne comprennent pas de titres multiplateformes, aucune machine ne se démarque réellement sur l’aspect visuel. Et il difficile de savoir si à terme, la Xbox prendra réellement l’avantage sur ce point.

En effet, bien que son GPU bénéficie d’une quantité d’unités de calcul supérieure à sa rivale (52 contre 36), sa fréquence est plus basse : 1,825 GHz contre 2,23 GHz. Ainsi, en fonction des jeux, il n’est pas exclu que cette vélocité donne finalement l’avantage à la console de Sony.

En matière de stockage, le SSD de 825 Go de la PS5 n’accorde en réalité que 667,2 Go d’espace utilisable ; celui de 1 To de la Xbox Series X, 802 Go. En outre, la console de Microsoft profite de fonctionnalités intéressantes comme le Quick Resume.

En revanche, pour la connectivité sans fil, net avantage à la PlayStation 5 : elle jouit du Wi-Fi 6, tandis que la Xbox Series X reste sur du Wi-Fi 5.

Par conséquent, nos confrères donnent la Xbox Series X gagnante, mais de justesse.

Tableau récapitulatif

ConsolesPlayStation 5Xbox Series X
CPUZen 2, 8 cœurs / 16 threads, jusqu’à 3,5 GHzZen 2, 8 cœurs / 16 threads, jusqu’à 3,8 GHz
GPUGPU RDNA 2, 36 unités de calcul, jusqu’à 2,23 GHz, 10,3 TLFOPSGPU RDNA 2, 52 unités de calcul, jusqu’à 1,825GHz,12 TFLOPS
RAM16 Go GDDR616 Go GDDR6
StockageSSD NVMe de 825 Go, 667,2 Go disponiblesSSD NVMe de 1 To, 802 Go disponibles
Alimentation350 W (340 W pour la Digital Edition)315 W
Lecteur optique4K Blu-ray (aucun pour la Digital Edition)4K Blu-ray
Connectivité sans fil802.11ax (Wi-Fi 6)802.11ac (Wi-Fi 5)
Prix499 euros, 399 euros pour la Digital Edition 499 euros, ou 32,99 euros par mois pendant 24 mois avec l’Xbox All Access

Watch Dogs Legion : le ray tracing de la version Xbox Series X comparé à celui de la version PC

Design

En ce qui concerne la taille, la PlayStation 5 est nettement plus volumineuse que son adversaire. La machine de Sony mesure 390 x 104 x 260 mm ; celle de Microsoft, 151 x 151 x 301 mm. Les deux boîtiers peuvent-être positionnés horizontalement ou verticalement, de manière un peu plus aisée pour la Xbox que pour la PS5. Esthétiquement, la première est toute noire, la seconde noire et blanche. En raison de son gabarit plus ramassé et de son changement de position plus aisé, Tom’s Hardware accorde une nouvelle victoire à la Xbox dans cette catégorie.

Consommation et bruit

Là encore, difficile d’évaluer objectivement les deux consoles avec des jeux différents. Nos confrères avaient à leur disposition les titres suivants : Spider-Man: Miles Morales et Astro’s Playroom pour la PS5, Forza Horizon 4 et Gear 5 pour la Xbox Series X. Dans les deux cas, la PS5 a englouti plus de watts que sa concurrente.

Xbox Series XConsommation maximale
Forza Horizon 4169,2 watts
Gear 5192 watts
PlayStation 5Consommation maximale
Spider-Man: Miles Morales225,5 watts
Astro’s Playroom224,2 watts

Dans le mode « sommeil », qui permet quand même de télécharger, la PlayStation 5 est plus économe que la Xbox Series X ; toutefois la hiérarchie s’inverse en « repos ».

ConsolesPlayStation 5Xbox Series X
Sommeil4 watts11,7 watts
Repos49,6 watts41,3 watts

Pour le bruit, la machine de Microsoft est plus silencieuse que celle de Sony de quelques dBA ; toujours est-il que le niveau sonore reste contenu pour les deux consoles.

Image 2 : PlayStation 5 vs Xbox Series X : l’heure du match a sonné

C’est donc encore une victoire franche pour la Xbox Series X.

Entretien et mise à niveau

Contrairement à la Xbox Series X, la PlayStation 5 hérite de collecteurs de poussière des deux côtés du système. Ceux-ci permettent aux utilisateurs d’aspirer facilement la poussière de la console, d’après Sony.

Philosophie différente du côté de Microsoft, qui ne propose pas un tel mécanisme. Selon l’entreprise, « il n’existe pas de moyen accessible à l’utilisateur pour ouvrir/nettoyer le système, qui a été conçu pour être très ouvert pour la circulation de l’air. Le fait de souffler de l’air comprimé par les bouches d’aération aidera à expulser la poussière qui s’est accumulée ».

Le démontage de la PlayStation 5 se réalise simplement avec un tournevis cruciforme. Il faudra d’ailleurs jouer de l’outil pour accéder à l’emplacement PCIe 4.0 du SSD. Grâce à une mise à jour logicielle ultérieure, il sera d’ailleurs possible de changer le SSD à la manière d’un PC.

Logiquement, la PlayStation 5 marque ainsi son premier point.

Manettes

La manette de la Xbox Series est une version légèrement plus petite de celle de la Xbox One. Microsoft lui a simplement accordé un D-Pad similaire à celui de la manette Elite et un bouton de partage dédié.

Image 3 : PlayStation 5 vs Xbox Series X : l’heure du match a sonné

Du côté nippon, on a entièrement retravaillé le contrôleur, la fameuse DualSense. Cette manette bénéficie notamment d’un feedback haptique, de gâchettes adaptatives et d’un haut-parleur.

Image 4 : PlayStation 5 vs Xbox Series X : l’heure du match a sonné

Concrètement, selon Tom’s Hardware, c’est finalement cette DualSense qui marque un véritable saut générationnel, plus que les graphismes ou les temps de chargement ; le testeur parle d’une « expérience multisensorielle qui a un énorme potentiel ». Dans le jeu Astro’s Playroom, cela se matérialise par exemple par des sons synchronisés à l’action et des vibrations qui imitent la pluie.

C’est donc logiquement la PlayStation 5 qui l’emporte dans cette catégorie.

Bibliothèque de jeux

Cet ultime critère dépend beaucoup des goûts de chacun. La PlayStation 5 peut se targuer de plusieurs exclusivités dès le lancement : Spider-Man : Miles Morales, Astro’s Playroom, Demon’s Souls et Sackboy : A Big Adventure ; quant à Bugsnax et Godfall, ils seront sur PC mais pas sur Xbox Series. La rétrocompatibilité avec les anciens jeux PS4 est assurée, à quelques exceptions près.

Chez Microsoft, il n’y a aucune exclusivité au lancement. En effet, Halo Infinite et The Medium n’arriveront finalement qu’en 2021. De plus, tout le catalogue sera aussi accessible sur PC. Cependant, la rétrocompatibilité s’étend sur 4 générations, autant dire des milliers de jeux. De plus, ajoutez à cela un Game Pass assez attrayant et une formule Xbox All Access à 32,99 euros par mois qui pourrait en séduire certains.

Match nul.

Bilan

Si l’on fait le décompte des points, la Xbox Series X l’emporte d’une courte avance : 4 à 3. Seulement vous l’aurez compris, c’est une lapalissade, mais chaque console a ses propres atouts.

La Xbox Series X peut se targuer d’une configuration plus musclée dans un boîtier plus petit. Elle semble avoir une consommation et un niveau sonore inférieurs à la PS5. Enfin, elle s’appuie sur un catalogue de jeux bien étoffé mais malheureusement assez chiche en exclusivités pour le moment.

De son côté, la PlayStation 5 obtient une manette vraiment innovante et de nombreuses exclusivités.

Sachant que les consoles sont vendues au même prix, l’aspect financier ne permet pas non plus de trancher. Comme souvent, les jeux seront le critère déterminant ; mais évaluer la qualité de ces derniers ne relève pas de notre domaine. En tout cas, sur un aspect purement matériel, les deux consoles se valent, avec peut-être un léger avantage pour la machine de Microsoft ; retard que compense celle de Sony par un contrôleur nettement plus audacieux et qui, manette en main, pourrait finalement bien faire la différence.