Accueil » Actualité » Test Broadwell-E : les Core i7-6950X, 6900K, 6850K et 6800K battent des records

Test Broadwell-E : les Core i7-6950X, 6900K, 6850K et 6800K battent des records

2 : Système de test et overclocking 3 : Les Core Broadwell-E dans les jeux 4 : Les Core Broadwell-E en bureautique 5 : Les Core Broadwell-E sous Adobe Creative Suite 6 : Les Core Broadwell-E sous Microsoft Office 7 : Résultats : Intel Core i7-6800K - overclocking, consommation, température 8 : Résultats : Intel Core i7-6850K - overclocking, consommation, températures 9 : Résultats : Intel Core i7-6900K – overclocking, consommation, températures 10 : Résultats: Intel Core i7-6950K - overclocking, consommation, températures 11 : Conclusion

Broadwell-E : pas Skylake, pas tout à fait Broadwell non plus

En août dernier, Intel a lancé sa sixième génération de processeurs nommée Skylake. L’architecture arrivait seulement deux mois après les Broadwell pour ordinateur de bureau, ce qui est sans doute le passage à une nouvelle architecture le plus rapide de l’histoire de l’entreprise.

Les Broadwell Core i7–5775C et i5–5675C n’étaient pas mauvais, mais ils n’étaient pas non plus la meilleure option pour remplacer les anciens Devil’s Canyon, qui avait séduit les passionnés qui voulaient pousser l’architecture Haswell à plus de 5 GHz. Les Broadwell de l’an dernier offraient des performances graphiques intéressantes puisque leur Iris Pro Graphics 6200 permettait de jouer à de nombreux jeux populaires en 1920×1080 et tenait la dragée haute aux APU d’AMD. Mais à cause de leurs coeurs CPU aux fréquences bridées, les Broadwell restaient presque toujours derrière les Core i7–4790X ou i5–4690K et cela a provoqué la sortie rapide des Skylake.

À lire aussi :
Notre comparatif de processeurs

Architecture PC de bureau PC de jeu ou station de travail Nombre de mois de retard
Sandy Bridge Janvier 2011 Novembre 2011 10
Ivy Bridge Avril 2012 Septembre 2013 16
Haswell Juin 2013 Août 2014 15
Broadwell Juin 2015 Juin 2016 13
SkylakeAoût 2015

Image 1 : Test Broadwell-E : les Core i7-6950X, 6900K, 6850K et 6800K battent des records


1800 euros : Intel sait au moins overclocker le prix

Nous savions que nous reverrions les Broadwell puisqu’Intel a pris l’habitude de ressortir une architecture pour les stations de travail et les plateformes haut de gamme. Ainsi, lorsque nous avons eu l’occasion de tester le Xeon E5–2600 v4, nous savions que la version pour un seul socket n’était pas très loin.

Intel lance aujourd’hui les Broadwell-E avec quatre nouveaux modèles. Le plus performant est facturé 1800 euros au lieu des traditionnels 1000 euros dont nous avons l’habitude. On ne s’attend pas néanmoins à ce que les passionnés soient intéressés par cette puce.

Image 2 : Test Broadwell-E : les Core i7-6950X, 6900K, 6850K et 6800K battent des records

Quand l’IGP est inutile

Au fur et à mesure des évolutions, les processeurs d’Intel dédient de plus en plus de transistors aux circuits graphiques. Les coeurs CPU sont bien conçus et les multiplier n’est pas toujours utile s’il sont sous-utilisés. Intel peut par contre continuer à augmenter le nombre d’unités d’exécution graphique sans craindre de gaspiller des ressources. Il aura toujours besoin de plus de circuit graphique pour rivaliser avec les cartes graphiques dédiées.

De plus en plus d’utilisateurs peuvent faire appel à un processeur Skylake et une carte mère bon marché pour profiter d’excellentes performances dans la plupart des applications ou jeux. Le problème est que les passionnés montant leur plateforme de jeux préfèrent que tous les transistors soient dédiés aux CPU, puisqu’ils utilisent des cartes graphiques haut de gamme. Les Broadwell-E perpétuent donc cette tradition qui consiste à accroître le nombre de coeurs, le cache, le contrôleur mémoire et les lignes PCI-Exptress.

Les processeurs Broadwell-E sont une déclinaison d’une architecture contenant environ 3,2 milliards de transistors.

Caractéristiques Core i7–6950X Core i7–6900K Core i7–6850K Core i7–6800K
Fréquence standard (GHz) 3 3,2 3,6 3,4
Fréquence Turbo maximum (GHz) 3,5 3,7 3,8 3,6
Coeurs/Threads 10/20 8/16 6/12 6/12
Cache L3 partagé (Mo) 25 20 15
Lignes PCI-Express 40 28
Contrôleur mémoire DDR4–2400
TDP (W) 140
Interface LGA 2011-v3
Prix constaté (le 31 mai 2016) 1800 €
1150 €
690 €
480 €

Les quatre nouvelles puces

Image 3 : Test Broadwell-E : les Core i7-6950X, 6900K, 6850K et 6800K battent des records

Le 6950X et ses dix coeurs utilisent l’ensemble du die. Chaque coeur dispose de 2,5 Mo de cache L3, ce qui offre 25 Mo de cache au total. Chaque coeur dispose aussi de 32 Ko de cache L1 pour les instructions et les données et 256 Ko de cache L2. Les Core i7–6950X ont une fréquence standard de 3 GHz et un Turbo à 3,5 GHz. La puce embarque aussi le traditionnel contrôleur PCI-Express 3.0 à 40 lignes et un contrôleur DDR4 à quatre canaux compatible avec de la mémoire tournant à 2400 MT/s.

Les Broadwell-E sont toujours compatibles avec le chipset X99 et le Socket LGA 2011-v3. Il faudra simplement mettre les cartes mères à jour pour profiter des nouvelles puces. Les nouveaux modèles devraient aussi proposer de l’USB 3.1, de l’USB Type-C et des connecteurs U.2.

Le passage au 14 nm a permis à Intel de garder les mêmes fréquences et le même TDP de 140 W que pour le Core i7–5960X, tout en ajoutant deux coeurs. Le prix de ces deux coeurs est néanmoins exorbitant puisque l’on passe de 1000 euros environ pour le meilleur Haswell-E à 1800 euros pour le 6950X.

Le Core i7–6900K offre huit coeurs, tout comme le Core i7–5960X, mais à un prix supérieur de 1150 euros. Éteindre les deux coeurs du die retire 5 Mo de cache L3 et on se retrouve avec 20 Mo, tout comme sur le 5960X. Au-delà de la fréquence plus élevée, le Broadwell-E peut traiter un nombre plus important d’instructions par cycle d’horloge, comparativement au Haswell-E.

Le Core i7–6850K offre six coeurs compatibles avec l’HyperThreading et 15 Mo de cache L3. Le fait que plus de coeurs soient désactivés signifie qu’Intel a une marge thermique plus importante pour accroître la fréquence, ce qui permet à la puce d’être plus rapide que le Core i7–5930K de 100 MHz. Le Turbo Boost peut monter jusqu’à 3,8 GHz lorsque les tâches ne sont pas trop intensives, ce qui est aussi 100 MHz de plus que sur l’ancienne génération. C’est le dernier processeur du lot intégrant 40 lignes PCI-Express.

Enfin, le Core i7–6800K dispose aussi de six coeurs, mais de fréquences inférieures à 3,4 GHz et 3,6 GHz pour le mode Turbo. On retrouve 15 Mo de cache L3 et seulement 28 lignes PCI-Express.

Entre le fait que NVIDIA limite maintenant son SLI à seulement deux cartes et le faible gain de performance entre un port PCI-Express 8x et 12x, la perte de 12 lignes PCI-Express n’est pas un grand problème. 28 lignes suffisent pour deux cartes graphiques, un support de stockage et même une carte réseau. La question est de savoir s’il est préférable d’avoir six coeurs Broadwell à 3,4 GHz ou quatre coeurs Skylake à 4 GHz et au moins 100 euros de moins.

Turbo Boost 3.0 : le petit plus des Broadwell-E

Il est difficile de tomber amoureux des caractéristiques techniques des Broadwell-E ou de pardonner un prix haut de gamme presque deux fois plus important, mais le lancement de ces processeurs marque aussi l’arrivée d’une fonctionnalité qui devrait ravir les passionnés.

Le Turbo Boost Max 3.0 permet d’identifier les performances de chaque coeur pour lancer les opérations en single thread sur le plus performant de tous. Le but est de maximiser le temps passé à utiliser des fréquences élevées. La fonctionnalité demande néanmoins d’être prise en charge par des pilotes ou Windows 10. Nous avons utilisé les pilotes fournis par Intel sur notre machine Windows 10.

Image 4 : Test Broadwell-E : les Core i7-6950X, 6900K, 6850K et 6800K battent des records

Cette fonctionnalité est prise en charge par les quatre Broadwell-E d’aujourd’hui. Intel n’a pas pu nous dire si le Turbo Boost 3.0 demandait un composant spécial sur le die. Nous savons seulement que le BIOS de la carte mère doit le prendre en charge.

Le Turbo Boost 3.0 ou Turbo Boost Max, ne remplace pas le Turbo Boost 2.0 qui reste là pour faire varier les fréquences selon des limites prédéfinies et en fonction de l’utilisation du coeur. Turbo Boost Max semble simplement déterminer le coeur le plus rapide pour lui permettre de dépasser les limites prédéfinies. Le comportement est difficile à mesurer, mais il y a un seuil d’utilisation qui doit être dépassé durant un intervalle d’évaluation pour que Turbo Max soit activé afin de traiter plus rapidement une tâche intensive. Le seuil est une utilisation du coeur à au moins 90 % durant un intervalle de 1000 ms.

Ainsi, lors de notre benchmark single thread LAME, notre Core i7 6950X n’a jamais atteint les 90 % et la fréquence n’a jamais dépassé les 3,4 GHz, soit les limites du Turbo Boos 2.0. Par contre Cinebench atteint un taux d’utilisation de 99,5 % sur un coeur, ce qui a activé Turbo Max qui a poussé un coeur jusqu’à 4 GHz automatiquement.

Image 5 : Test Broadwell-E : les Core i7-6950X, 6900K, 6850K et 6800K battent des records
Il y a évidemment une limite à ce que Turbo Boost Max 3.0 peut faire. Sur le graphe ci-dessus, nous avons lancé Prime95 avec un thread actif, puis deux, puis trois. Lors du premier test, nous avons pu atteindre 3,9 GHz, contre 3,8 GHz pour le second, mais nous sommes tombés à 3,4 GHz lorsque le test tournait sur trois threads.

Cette fonctionnalité est mal documentée et nous ne savons pas si le Core i7-6950X est garanti de fonctionner à 4 GHz ou si le Turbo Boost Max 3.0 permet seulement d’offrir des performances supplémentaires en fonction de la qualité du CPU.

Intel Broadwell Processeur Core i5-5675C 3.6 GHz 4Mo Cache Socket 1150 Boîte (BX80658I55675C)

Sommaire :

  1. Broadwell-E : pas Skylake, pas tout à fait Broadwell non plus
  2. Système de test et overclocking
  3. Les Core Broadwell-E dans les jeux
  4. Les Core Broadwell-E en bureautique
  5. Les Core Broadwell-E sous Adobe Creative Suite
  6. Les Core Broadwell-E sous Microsoft Office
  7. Résultats : Intel Core i7-6800K - overclocking, consommation, température
  8. Résultats : Intel Core i7-6850K - overclocking, consommation, températures
  9. Résultats : Intel Core i7-6900K – overclocking, consommation, températures
  10. Résultats: Intel Core i7-6950K - overclocking, consommation, températures
  11. Conclusion