Comparatif : les meilleures GeForce GTX 1080 Ti

Asus GTX 1080 Ti ROG Strix OC

Après une version Poseidon Platinum qui ne nous avait pas entièrement convaincus, Asus revient aux fondamentaux avec la ROG Strix GeForce GTX 1080 Ti OC, une carte haut de gamme sans heatpipe de watercooling, mais avec un véritable bloc de refroidissement.

Cette carte reprend le PCB de la carte hybride ROG Poseidon Platinum avec de légers changements au niveau des condensateurs. Ici, le système de refroidissement Strix utilise de manière optimale la surface à disposition en reprenant les lignes classiques de la série tout en y apportant quelques améliorations.

Le système DirectCU a en effet été revu et nous incluons ici le schéma éclaté de la carte fourni à la presse. Nous reviendrons bien sûr en détail sur certains aspects.

Présentation

La ROG Strix GeForce GTX 1080 Ti OC est une carte plutôt imposante, cela saute aux yeux au déballage. Dans la boite, on retrouve les accessoires de base à savoir DVD, notice d’utilisation et adaptateur à 8 broches.

La carte mesure 30 cm de long pour 12,5 cm de haut et 4,8 cm d’épaisseur (envergure de 2,5 slots, avec plaque arrière qui dépasse de 5 mm) et pèse 1263 grammes.

A l’avant, ce sont les trois ventilateurs de 9 cm de diamètre qui attirent l’attention. La coque de refroidissement en plastique noir est des plus classiques, bien construite, mais sans originalité ou application de couleur. Mais les effets LED devraient suffire.

La plaque arrière porte le logo ROG rétroéclairé. Les deux connecteurs d’alimentation 8 broches sont orientés vers le sommet de la carte, lequel est aussi pourvu du même logo rétroéclairé. Ces illuminations sont naturellement réglables avec le logiciel fourni.

On voit aussi que les lamelles du radiateur sont orientées à la verticale, la carte réchauffera donc la carte mère.

La connectique de l’équerre est classique à savoir deux connecteurs DisplayPort, deux HDMI bien pratiques pour la VR et un port Dual Link DVI qui commence un peu à dater. Sur la face opposée, on retrouve deux connecteurs d’alimentation pour ventilateurs et un pour gérer un éclairage LED.

Les specs

On inclut ici simplement une copie d’écran de GPU-Z qui résume les données les plus importantes de la carte. On reviendra bien sûr en détail sur les fréquences véritables de la carte qui relativisent grandement ces données officielles :

PCB et alimentation

Le PCB de la carte a été réalisé par Asus lui-même. Les deux connecteurs d’alimentation sont accompagnés de bobines pour lisser d’éventuels pics de tension à l’entrée de la carte.

L’alimentation se compose de 5+2 phases. Les cinq phases du GPU sont cependant doublées : chaque phase possède deux régulateurs de tension travaillant en parallèle. Les phases mémoire se trouvent en haut à gauche de la carte.

Sur la face arrière du PCB généralement bien ordonné se trouve le contrôleur PWM de la mémoire.

Consommation

La consommation en jeu se situe pile poil au niveau fixé par Asus dans le BIOS comme cible de puissance (Power Target) : 275 W. En test de torture, la consommation baisse même légèrement. Si on relève le Power Target au maximum, la carte n’exploite pas tout le potentiel de courant qui lui est proposé ce qui signifie que c’est alors la tension qui devient le facteur limitant.

L’enregistrement de l’évolution de la tension en jeu et test de torture donne le graphique suivant, extrêmement régulier :

En tirant seulement 3,2 A sur le slot de la carte mère en test de torture et 2,6 A en jeu, la carte se place bien en dessous des 5,5 A maximum recommandés par la norme PCI SIG.

Dissipateur

Le système de refroidissement est équipé d’une plaque de stabilisation-refroidissement placée entre le PCB et le radiateur. Dommage qu’Asus n’ait pas directement intégré cette plaque au reste du bloc de refroidissement, ce qui aurait permis un meilleur refroidissement des VRM et de la mémoire. On soupçonne que le large et épais pad au niveau des VRM a été ajouté après coup afin de limiter la concentration de chaleur à ce point particulièrement chaud.

La plaque arrière ne participe pas au refroidissement et a une fonction purement esthétique puisqu’elle porte le logo ROG rétroéclairé.

Le bloc de refroidissement nickelé est surmonté de six caloducs en matériaux composites nickelés et d’une épaisseur de 6 mm. Leur large courbure permet une meilleure transmission de la chaleur vers le radiateur aux lamelles en aluminium orientées à la verticale. Les trois ventilateurs de 9 cm de diamètre possèdent 11 pales et s’arrêtent lorsque la carte est au repos.

Fréquences et overclocking

L’overclocking par air est plutôt limité, puisque malgré des ventilateurs poussés au maximum à 3500 tpm, nous ne sommes pas parvenus à atteindre les 2,1 GHz. Il y a bien sur la loterie de la qualité des chips, mais il ne faut pas trop espérer de record avec cette carte à air. On a aussi pu overclocker la mémoire, mais attention aux températures qui deviennent vite préoccupantes, particulièrement boitier fermé !

Ci-dessous le tableau récapitulatif des fréquences et températures obtenues :


Etat de départ

Etat stabilisé

Config ouverte

Température

39 °C

70 °C

Fréquence

1962 MHz

1873 - 1887 MHz

Température ambiante

22 °C

22 °C

Config fermée

Température

41 °C

73 °C

Fréquence

1936 MHz

1860 - 1873 MHz

Température ambiante

25°C

41°C

OC (boîtier ouvert)

Température (ventilateur à 2500 tpm)

28 °C

63 °C

Fréquence

2012 MHz

2055 MHz

Température ambiante

22°C

22°C

Températures

Voici les graphiques d’évolution des températures et de la tension pendant la phase d’échauffement en jeu et en test de torture. Dans les deux cas, fréquence et température sont très réguliers :

Passons maintenant à l’analyse de la température des composants sur le PCB à l’aide de nos images infrarouges. On voit que ça chauffe au niveau des VRM et que la chaleur a tendance à migrer vers les modules mémoire voisins. Avec un refroidissement plus élaboré des VRM, cela aurait pu être évité.

Ventilation et bruit

La courbe d’évolution de la vitesse de rotation des ventilateurs est relativement classique et optimisée pour limiter les nuisances sonores. L’hystérèse n’est pas parfaite, mais elle ne se montre pas non plus particulièrement gênante.

Même chose en test de torture, on remarque que les ventilateurs tournent légèrement moins vite en raison de la consommation moindre.

Voici le récapitulatif du comportement des ventilateurs dans différentes situations et les nuisances sonores corollaires :

Résumé des chiffres

Config ouverte : maximum

1715 tpm

Config ouverte : moyenne

1702 tpm

Config fermée : maximum

1884 tpm

Config fermée : moyenne

1874 tpm

Bruit maximal

39,0 dB(A)

Bruit moyen

38.8 dB(A)

Bruit au repos

0 dB(A)

Le bruit engendré par la carte provient principalement du brassage de l’air, même si on perçoit aussi des bruits de moteurs aux environs de 1 KHz. Comme les ventilateurs tournent à des vitesses différentes, on a parfois l’impression d’entendre une oscillation, ce qui peut devenir plutôt gênant. Les bobines sur notre exemplaire n’étaient pas audibles. Ci-dessous, le graphique détaillé du spectre sonore :

Conclusion

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • voodoospirit
    et la poseidon en mode watercooling, ca donne quoi?
  • Tordu01
    J'aimerais voir un test de la Aorus GTX 1080Ti 11G en version non-extreme et plus particuliérement un petit test en overclocking pour voir si elle peu titilé la version extreme :)
  • love68740069
    Bonjour. je vien d'acheter cette CG, et une idée me vient: mettre un waterblock sur la base en cuivre coté blackpate , à votre avis? perd t'on la garantie si on démonte uniquement cette plaque en cuivre?