Accueil » Dossier » Guide d’achat : quelle souris pour jouer ?

Guide d’achat : quelle souris pour jouer ?

1 : Introduction et notre sélection 2 : Quel joueur êtes-vous ? 3 : Filaire ou sans fil ? 4 : Capteur laser, optique, kesako ? 5 : Les DPI, faux argument commercial 6 : Jittering, polling rate, ce qu'on ne vous dit pas 7 : Comment tenir sa souris 9 : Logiciel de gestion, compatibilité Mac et PC 10 : Tableaux de toutes les souris du guide

Look général, molette centrale et gadgets

Le Look & l’éclairage

Le look de la souris contribue lui aussi à l’expérience ludique. Il reflète souvent l’image du joueur. Et les constructeurs s’en donnent à cœur joie. Autant certains modèles sont d’un classicisme presque ennuyeux, autant d’autres sont incroyablement futuristes, déroutants, voire provocateurs. Il suffit pour s’en prouver de jeter un œil à la gamme Cyborg de Mad Catz par exemple.

Mais outre le design, un élément contribue notablement au look de la souris : le rétroéclairage. Les constructeurs glissent désormais de plus en plus souvent un jeu de diodes au cœur du périphérique pour illuminer un logo, des boutons, les côtés, la molette ou même produire un halo lumineux tout autour du dispositif. Certains constructeurs, à l’instar de Razer et sa série Chroma, laissent même à l’utilisateur le soin de régler précisément la couleur émise par les LED embarquées.

À RETENIR :

Certaines souris ont un rétroéclairage dont on peut ajuster la couleur via leur logiciel pilote. C’est notamment le cas de la Roccat Kone EMP dont les filets de LED latéraux s’illuminent de multiples façons grâce à un jeu de LEDs offrant 16 millions de teintes.

La molette centrale

La molette joue désormais un rôle essentiel dans Windows et ses logiciels, même si son utilité dans les jeux n’est pas toujours avérée.

Optez pour une souris dont on peut aisément reprogrammer la molette. Mais si vous comptez utiliser votre modèle « gamer » au quotidien pour piloter Windows et vos logiciels, accordez davantage votre attention au fonctionnement de la molette elle-même.

Rares sont les souris de gaming à offrir une molette « multidirectionnelle », autrement dit que l’on peut basculer de gauche à droite pour obtenir un défilement horizontal à l’écran. En outre, seules certaines souris Logitech bénéficient d’une molette « double action » qui propose à la fois un défilement par palier (pour gagner en précision) et un défilement fluide (pour scroller plus rapidement).

À RETENIR :

Si vous utilisez Windows et ses logiciels aussi ou plus souvent que vous ne jouez, accordez un peu d’attention à la molette, sa convivialité, et sa gestion du scrolling horizontal. La très universelle Logitech G502 Proteus Core est l’une des rares souris « gaming » à disposer d’une roulette « double mode » offrant à la fois un défilement fluide et par palier.

Les Gadgets

On voit de plus en plus souvent apparaître des gadgets à l’utilité pas toujours avérée.

Par exemple, la souris SteelSeries Rival 700 possède un écran OLED intégré qui affiche par exemple les DPI sélectionnés, l’affectation des boutons, ou même des statistiques de jeux.

Autre exemple, les souris filaires « Smart Mouse » Ventus X Plus et Theron Plus de Thermaltake eSports (Tt eSports) intègre un module Bluetooth qui n’est pas utilisé pour la relier en sans fil au PC mais pour la connecter à votre smarphone iOS ou Android, afin d’enregistrer les actions du joueur et d’afficher toutes sortes de statistiques.

À RETENIR :

Attention aux gadgets. Ils font souvent enfler le prix de la souris mais n’apportent rien de bien utile à l’expérience de jeu proprement dite.

Sommaire :

  1. Introduction et notre sélection
  2. Quel joueur êtes-vous ?
  3. Filaire ou sans fil ?
  4. Capteur laser, optique, kesako ?
  5. Les DPI, faux argument commercial
  6. Jittering, polling rate, ce qu'on ne vous dit pas
  7. Comment tenir sa souris
  8. Look général, molette centrale et gadgets
  9. Logiciel de gestion, compatibilité Mac et PC
  10. Tableaux de toutes les souris du guide