Accueil » Test » Streaming de jeux vidéo : que vaut PlayStation Now ?

Streaming de jeux vidéo : que vaut PlayStation Now ?

2 : Protocoles et test d'un jeu sur console 3 : Test de 3 jeux PlayStation Now 4 : Les limites de PlayStation Now 5 : Conclusions

Introduction

Image 1 : Streaming de jeux vidéo : que vaut PlayStation Now ?Le jeu OnLive qui n’a jamais voulu se lancer

Imaginez pouvoir jouer à n’importe quels jeux, où que vous soyez, sans vous soucier de la marque et la génération de votre console ou la configuration de votre PC. C’est la promesse implicite du cloud gaming, un service qui permet de faire du streaming de jeux vidéo. Un serveur calcule et rend les images puis il les envoie au joueur qui ne voit pas en principe de différence avec un jeu classique installé sur sa machine. OnLive a lancé son système de cloud gaming pour PC, mais ses débuts en 2012 l’on poussé au bord de la faillite et malgré un retour en grande pompe cette année, le service n’arrive toujours pas à décoller, principalement parce qu’il est décevant. Le service de OnLive se nomme CloudLift, il est encore en version bêta et ça se ressent. Il manque de réactivité, l’interface est frustrante, le logiciel pour Mac est truffé de bugs, le catalogue est ridicule et il faut déjà posséder une licence du jeu proposé pour y jouer. Pire, le titre que nous avons acheté n’a jamais voulu se lancer sur notre ordinateur (Metro: Last Light).

Entre en scène Sony qui a lancé la bêta publique de PlayStation Now au début du mois d’août. PS Now est son service de cloud gaming qui est pour l’instant disponible uniquement en Amérique du Nord sur PlayStation 4 et PlayStation 3. La firme a déjà annoncé qu’il arrivera en Europe d’ici 2015. Sony avait une bêta privée sur PS3 en début d’année. Il passe aujourd’hui à la vitesse supérieure et si tout se passe bien, il devrait être prêt pour la commercialisation de la PlayStation TV à la fin de l’année.

Image 2 : Streaming de jeux vidéo : que vaut PlayStation Now ?Sony parie gros sur le cloud
PlayStation Now : la réponse de Sony aux nouveaux défis qu’affrontent les fabricants de consoles

PlayStation Now veut être une solution à deux problèmes distincts : les consoles sont souvent trop chères pour le grand public et elles ne sont pas rétrocompatibles avec les jeux de générations précédentes. Sony est conscient que la révolution mobile et la popularité des jeux gratuits ou à un euro plombent l’attrait des consoles auprès du grand public. En permettant d’accéder à son catalogue de jeux PS3 pour moins de 100 € pour une PlayStation TV, plus le prix d’une manette, il cherche à attirer le joueur du dimanche qui est repoussé par le prix d’une console classique. Cela permet aussi à la PlayStation 4 de faire tourner les jeux PS3. On se souvient que la première version de la PlayStation 3 disposait de composants chers destinés à faire tourner les jeux PlayStation 2 et que Sony dû les abandonner au profit d’un émulateur. Au final, il a perdu beaucoup d’argent et l’expérience n’était pas toujours satisfaisante (cf. « PlayStation 3 et rétrocompatibilité : la liste »). Il semble avoir appris de ses erreurs et il propose maintenant un système bâti sur le cloud.

Pour arriver à ses fins, le fabricant japonais a racheté la société GaiKai il y a deux ans et ses technologies sont au coeur de PlayStation Now. Sur le papier, le projet est ambitieux. Il dispose déjà d’un catalogue impressionnant avec des titres qui valent le détour, comme Killzone 3, Metal Gear Solid 4, Deus Ex: Human Revolution ou Final Fantasy XIII (cf. « Les 50 meilleurs FPS (jeux ou franchises) de tous les temps »). Néanmoins, ce genre de service demande des performances exemplaires pour réussir. Nous avons donc testé PlayStation Now pour savoir si Sony a réussi là où OnLive a échoué.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Protocoles et test d'un jeu sur console
  3. Test de 3 jeux PlayStation Now
  4. Les limites de PlayStation Now
  5. Conclusions