Comparatif d'alimentations pour PC : nos tests de 50 modèles

Guide : ce qu'il faut savoir sur les alimentations

Format : ATX, SFX, …

Deux formats se partagent la très grande majorité des parts de marché. Le format ATX, qui définit également une norme du même nom, existe depuis de très nombreuses années et est devenu un standard de fait pour les boîtiers « desktop » ou « tour » classiques. Le format SFX – plus compact, avec des dimensions standards de 215 x 63,5 x 100 mm - est quant à lui destiné aux mini-boîtiers et configurations compactes. Attention donc à ne pas se tromper de format lors de votre choix.

D’autres standards existent, comme le BTX et ses variantes microBTX et picoBTX (créés pour remplacer l’ATX, mais abandonnés depuis longtemps), l’AT/Baby AT (si vous possédez un « ordinosaure » de plus de 20 ans) ou encore le TFX (un autre standard destiné aux mini boîtiers). Ces formats sont toutefois peu ou plus très répandus.

Modularité et longueur des câbles

Les spaghettis, on les aime généralement dans notre assiette et pas dans notre boîtier. Avec la multiplication des câbles et connecteurs, les différents constructeurs proposent depuis de nombreuses années déjà des alimentations modulaires, c'est à dire avec des câbles que l'on peut ajouter à la demande. Attention toutefois, certaines alimentations dites "modulaires" ne le sont en réalité qu'avec certains types de câbles et connecteurs (PCI-Express, Molex et/ou SATA). D'autres modèles sont en revanche totalement modulaires, jusqu'au connecteur ATX 20/24 broches ! Inutile d'aller jusque là puisque, de toute façon, ce câble 20/24 broches est indispensable au fonctionnement d'un ordinateur...

Un autre point important à vérifier est la longueur des câbles, qu'ils soient modulaires ou non, et le nombre de connecteurs SATA et PCI-Express (6 pins ou 8 pins). De manière un peu plus anecdotique, on appréciera également l'écartement entre deux connecteurs SATA ou Molex d'un même câble : il serait dommage de ne pas pouvoir utiliser tous les connecteurs d'un câble si ces derniers sont trop rapprochés.

Puissance

La première chose à faire est donc de définir la consommation maximale d’une configuration donnée, afin de choisir de manière optimale son bloc d’alimentation (certains sites permettent d'estimer cette consommation). Avec sur le marché des modèles allant de 250 watts à 1500 watts (ou plus), il y a l’embarra du choix…

Ainsi, une configuration bureautique typique, voire une configuration « raisonnable » de jeu se contentera bien souvent d’un modèle d’une puissance de 450 watts ou moins. En revanche, une configuration multi-GPU demandera obligatoirement une alimentation plus puissante, tout comme n'importe quelle configuration « musclée ».

Pour mieux comprendre le fonctionnement d’une alimentation, lisez nos deux dossiers :
- Fonctionnement d'une alimentation (1ère partie)
- Fonctionnement d'une alimentation (2ème partie)

Normes de sécurité, garantie, bundle

Derniers points à vérifier lors de l'achat d'une alimentation : les normes de sécurités, en particulier le respect de certains standards. L'ATX12V en est par exemple à la version 2.4 tandis que la norme EPS12V en est à la version 2.93. Le PFC sera obligatoirement de type actif. Attention également à la présence de différentes protections : contre les surintensités (OCP), contre les surtensions (OVP), contre les courts-circuits (SCP), contre les surcharges (OPP), contre la surchauffe (OTP) ou encore contre les surtensions transitoires (SIP).

Vous pourrez enfin comparer les garanties proposées par les constructeurs (généralement deux à cinq ans), ainsi que le bundle fourni avec l'alimentation (les houses que l'on trouve parfois sont totalement inutiles, par contre les attaches-câbles, vis, amortisseurs en caoutchouc et autres adaptateurs pourront se montrer utiles).

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires