Test Ultrabook : comparatif de 12 PC ultraportables

Un ultrabook c'est quoi ?

Concilier l'inconciliable

C'est une véritable quadrature du cercle à laquelle les grands PCistes se sont essayés, avec plus ou moins de bonheur. La première génération d'Ultrabook était d'ailleurs assez décevante et trop onéreuse. Heureusement, depuis l'arrivée des processeurs Ivy Bridge, les Ultrabook sont arrivés à un stade de maturité impressionnant.

En 2015, la catégorie Ultrabook a définitivement éclipsé le PC portable de papa : la grande majorité des nouvelles machines lancées par les constructeurs sont fines, très bien finies, dotées d'écrans à haute résolution. Cette année, la famille Ultrabook s'élargit en outre, en accueillant des ultraportables encore plus fins et souvent passifs, mus par les processeurs Core M au TDP de 5 W seulement.

Qu'est-ce qu'un Ultrabook ? Le concept a été défini par Intel et on a longtemps cru que le premier Ultrabook était en réalité le MacBook Air. Mais non. Pour Intel, un Ultrabook n'a pas besoin d'avoir un écran de 13 pouces au maximum ou d'être ultraléger. Pour Intel, un Ultrabook doit plutôt posséder un ensemble de capacités techniques et de fonctionnalités.

Ce cahier des charges évolue à chaque génération. Voici ce qu'il en était pour la génération Haswell/2013 :
• un processeur Intel Core
• un design attractif grâce à une épaisseur maximum de 18 mm pour les écrans de moins de 14" et de 21 mm pour les écrans de 14" et plus (les PC convertibles en tablettes ont droit à 2 mm supplémentaires)
• une autonomie minimum de 6 h en lecture vidéo HD, 9 h au repos sous Windows 8 et de 7 jours en veille connectée
• un antivirus/antimalware
• une grande réactivité : la sortie de veille prolongée doit se faire en moins de 3 s
• un écran tactile
• un module WiFi compatible Intel Wireless Display (pour un affichage sans fil sur un écran externe)

Revenir à l'essentiel

Ce cahier des charges a des répercussions plus larges qu'il ne laisse deviner. Pour respecter les contraintes d'autonomie et de finesse, les constructeurs doivent opter pour les processeurs Intel à basse consommation (TDP de 15 W ou 17 W). Pour garantir une sortie de veille prolongée en 3 secondes, un SSD est obligatoire. Pour maintenir la finesse sans sacrifier l'autonomie, les constructeurs doivent éliminer les lecteurs optiques sur les petits châssis afin de loger à leur place une plus grosse batterie.

En pratique, les premiers Ultrabook étaient très similaires au MacBook Air d'Apple : écran de 13", 18 mm d'épaisseur, SSD, pas de lecteur optique, pas de carte graphique dédiée. Au fur et à mesure néanmoins, on a vu apparaître des interprétations différentes : certains constructeurs ont intégré des cartes graphiques, d'autres ont utilisé des écrans plus grands pour augmenter l'épaisseur et réduire leur coût, etc. Il existe donc aujourd'hui une assez grande variété d'Ultrabooks dont certains apparaissent bien éloignés du MacBook Air-killer.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire