Accueil » Test » AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

AMD continue d’emprunter la voie déjà ouverte par Nvidia avec ses sept cartes graphiques Ampere, qui ont successivement exploré tout le spectre du marché, du (très) haut de gamme à des modèles plus compacts et abordables : la Radeon RX 6600 (339 €) qui sort ce 13 octobre 2021 est la sixième référence de la génération RDNA 2, et la moins chère aussi. Les deux constructeurs disposent aujourd’hui d’un catalogue qui lorgne vers tous les types d’usages … et de budgets, pour peu que cette notion ait encore un sens. 

Image 1 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek

Résultat : on peut désormais opposer frontalement chaque modèle des deux écuries. Les prix de référence n’ont plus réellement de sens, depuis dix-huit mois, mais ils servent toujours de point de comparaison utile. Dans les deux cas, on profite aujourd’hui d’une grande granularité (théorique, donc). Chez Nvidia, sept modèles composent la gamme Ampere : les  GeForce RTX 3090 (1549 €), GeForce RTX 3080 Ti (1199 €), GeForce RTX 3080 (719 €), GeForce RTX 3070 Ti (619 €), GeForce RTX 3070 (519 €), GeForce RTX 3060 Ti (419 €) et GeForce RTX 3060 (335 €). Ils s’opposent désormais aux six modèles signés AMD de génération RDNA 2 : les Radeon RX 6900 XT (999 €), Radeon RX 6800 XT (660 €), Radeon RX 6800 (590 €), Radeon RX 6700 XT (479 €), Radeon RX 6600 XT (379 €) et Radeon RX 6600 (339 €) sur laquelle nous nous penchons aujourd’hui.

Image 2 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek

Sur le papier, la Radeon RX 6600 s’oppose exclusivement à la GeForce RTX 3060, là où son ainée immédiate, la Radeon RX 6600 XT, s’intercale davantage entre les RTX 3060 et 3060 Ti. Pour rappel, cette carte sortie en août dernier affiche des performances supérieures de 9 % à la RTX 3060 en Full HD, mais inférieures de 13,8 % à celles de la RTX 3060 Ti dans la même définition. Avec plus de 80 FPS en moyenne en QHD, elle reste à l’aise lorsque l’on monte en définition, mais l’écart se creuse davantage : elle ne devance plus la RTX 3060 que de 5 % et se fait distancer de 21,4 % par la RTX 3060 Ti. En clair : si tant est que chaque carte était réellement proposée à son tarif de référence, elle s’impose comme une bonne solution polyvalente pour du jeu en Full HD et la migration progressive vers une définition supérieure. À seulement 40 euros de plus (et à défaut d’une Radeon RX 6700 qui manque encore au catalogue d’AMD), la RTX 3060 Ti reste toutefois plus convaincante si vous convoitez plus largement une définition QHD. 

Image 3 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek
Image 4 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek

AMD Radeon RX 6600 : un GPU Navi 23 XL pour aller à l’essentiel

S’il y a un aspect que l’on ne peut pas lui reprocher, c’est que la Radeon RX 6600 fait au plus simple : ce sera le jeu Full HD avant tout. Pour cela, elle exploite un GPU Navi 23 XL aux caractéristiques proches du Navi 23 XT de son prédécesseur (gravure en 7 nm et die de 237 mm² intégrant 11,06 milliards de transistors), une vraie cure d’amincissement par rapport au Navi 21 des RX 6800 à 6900 XT (520 mm² et 26,8 milliards de transistors), en attendant le futur Navi 24 promis pour une carte encore plus abordable.

Image 5 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek

Les caractéristiques du GPU sont toutefois revues à la baisse, par rapport à celui de la Radeon RX 6600 XT. Il n’embarque en effet plus que 28 unités de calcul (au lieu de 32, ou 1792 processeurs de flux contre 2048). En revanche, la carte préserve 32 Mo d’Infinity Cache et 8 Go de mémoire GDDR6 sur un bus 128 bits, mais avec un débit de 14 Gbps et une bande passante totale de 224 Go/s, contre 16 Gbps et 256 Go/s, respectivement, pour le modèle supérieur. Du côté des fréquences, même cure d’amincissement : la Radeon RX 6600 se voit cadencée à 2044 MHz (jeu) et 2491 MHz (boost), contre 2359 MHz et 2589 MHz pour la RX 6600 XT. À l’image du prix et des caractéristiques, le TBP se réduit à 140 W lui aussi, contre 160 W pour son aînée immédiate.

Image 6 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

Comme avec la Radeon RX 6600 XT ou Nvidia avec la GeForce RTX 3060, AMD ne propose pas de carte de référence et il faudra donc se tourner vers les cartes partenaires, avec des designs et des fréquences qui peuvent différer. Nous avons testé l’un des premiers modèles les plus représentatifs du marché, la XFX Speedster SWFT 210 RX 6600 qui préserve les fréquences et les caractéristiques d’origine. Elle présente les mêmes dimensions que la Radeon RX 6600 XT du même constructeur, à 24,5 cm de long, 13,1 cm de large et un design double slot, pour un poids plume de 640 grammes. Elle se voit alimentée par un connecteur d’alimentation classique de 8 broches, et arbore un design sobre en plastique ABS, sans accent de couleur ni logo rétroéclairé. Elle possède deux ventilateurs axiaux classiques, de 95 mm de diamètre, à l’image du modèle de MSI que nous avions testé précédemment. Du côté de la connectique, on retrouve un port HDMI 2.1 et trois connecteurs DisplayPort, là encore comme les autres modèles de la gamme.

Image 7 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek
Image 8 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek

La Radeon RX 6600 profite évidemment de toutes les innovations technologiques de la génération RDNA2. À savoir, en premier lieu, la présence d’une unité d’accélération matérielle dédiée au ray-tracing par unité de calcul, le Ray Accelerator. Capable de traiter individuellement quatre intersections ray/box ou une intersection ray/triangle par cycle, elle offrirait des performances dix fois plus élevées qu’un calcul logiciel classique, selon AMD. C’est l’équivalent des RT Core de Nvidia, qui signent déjà leur seconde implémentation, dans la génération Ampere. Avec “seulement” 28 unités de calcul sur la Radeon RX 6600, une telle perspective reste toutefois limitée. 

La compatibilité avec DirectX 12 Ultimate est évidemment de la partie, avec ses quatre fonctionnalités de base : les Mesh Shaders, le Sampler Feedback, le Variable Rate Shading et, donc, le Ray Tracing. À la clé ? Une plus grande efficacité dans le calcul des rendus tout en tirant la qualité vers le haut, et globalement une meilleure gestion des échanges de données au sein du GPU.

Image 9 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek

Autre avantage de cette génération RDNA2 : la technologie Smart Access Memory (SAM), une amélioration de l’accès à la mémoire graphique par le processeur central. Concrètement, il s’agit de redimensionner l’adressage des ressources, à travers l’exploitation d’une caractéristique du standard PCI-Express. Le canal CPU-GPU peut ainsi accéder directement à la totalité de la mémoire graphique, sans passer par des solutions logicielles et sans se heurter à la limite précédente de 256 Mo. 

Comme pour nos tests des GeForce RTX Ampere et des précédentes Radeon RX de génération RDNA2, nous avons mesuré les performances de la Radeon RX 6600 en partenariat avec Igor Wallossek, du site Igor’s Lab. Pour tester en particulier l’apport de la technologie SAM, la plate-forme de référence s’articule autour d’un processeur AMD Ryzen 9 5900X, couplé à une carte mère MSI MEG X570 Godlike, avec deux barrettes de 16 Go de mémoire DDR4-4000 Corsair Vengeance RGB Pro (CL18-22-22-42), un SSD Gigabyte Aorus NVMe Gen4 de 2 To, un second SSD Toshiba R500 de 1 To et une alimentation Be Quiet! Dark Power Pro 12 1200 W, dans un boîtier Raijintek Paean. Du côté du refroidissement, nous avons fait appel à un système de watercooling composé d’un Alphacool Eisworlf et d’un Eisblock XPX Pro.

Image 10 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Crédit : Galaxie Media / Igor Wallossek

Pour plus de transparence, sachez que l’un des deux ventirads (celui situé au-dessus du GPU, et dont la vitesse de rotation s’adapte ainsi en fonction de la sonde thermique) a rapidement rendu l’âme au cours de nos tests. Il nous a fallu le remplacer par un bricolage-maison, une solution heureusement facilitée par le démontage simple de la carte. Nos propres résultats en matière de nuisances sonores et de températures (pourtant très contenues, disons-le tout de suite) en sont peut-être affectés par rapport au modèle d’origine. Nous avons d’ores et déjà commandé un second modèle signé Powercolor afin de reproduire les tests, et nous remettrons à jour ce guide en conséquence. Voilà pour les coulisses !

Image 11 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

Notre panel de test viendra évidemment opposer la Radeon RX 6600 aux récents modèles de même génération, mais aussi à des cartes issues de la génération précédente d’AMD et de Nvidia, à savoir les Radeon RX 5700 XT et les GeForce RTX 2070 et 2080 Super. Nous testons la Radeon RX 6600 de XFX sur dix jeux récents : six en DirectX 12, un en DirectX 11 et trois reposant sur l’API Vulkan. Les tests ont été réalisés dans une définition Full HD, la seule vraiment à la portée de la Radeon RX 6600.

Les performances en Full HD (1 920 x 1 080 pixels)

Image 12 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

Face à notre panel de jeu, en Full HD et en rasterization pure, la Radeon RX 6600 offre des performances inférieures de 2% en moyenne à celles de la GeForce RTX 3060. Sur certains titres spécifiques, l’ordre est inversé : c’est notamment le cas de Borderlands 3 (+14% pour la RX 6600 !) ou de World War Z (+9,7%), mais des résultats bien moins flatteurs élisent aussi la carte d’entrée de gamme de Nvidia, comme Wolfenstein Youngblood (+17% pour la RTX 3060). On caracole tout de même à plus de 117 FPS en moyenne sur l’ensemble des jeux, ce qui en fait un candidat très solide pour une définition Full HD. La Radeon RX 6600 XT qui lui est immédiatement supérieure dans la hiérarchie d’AMD affiche des performances 14,9 % supérieures. 

Image 13 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

Si l’on calcule les performances en Full HD de la Radeon RX 6600 en nous servant de la GeForce RTX 3060 en guise de mètre-étalon, le classement nous apparaît plus clairement. Elle ferme donc la marche, premier prix du marché oblige (à 4 euros près !) et il faut nous pencher sur les autres types d’analyses, en particulier la consommation électrique, pour justifier l’écart brut en performances.

La consommation électrique et l’efficacité énergétique

Avec un TBP de 140 watts, soit 20 watts de moins que la Radeon RX 6600 XT qui vient immédiatement la coiffer et 30 watts de moins que la GeForce RTX 3060 qui se positionne en face, la Radeon RX 6600 devient la nouvelle carte la moins gourmande de notre comparatif, avec 140,8 W engloutis en moyenne en Full HD. C’est un résultat 16,8 % supérieur à celui de la GeForce RTX 3060, pourtant déjà bonne élève en la matière, et 12,4 % moins énergivore que la Radeon RX 6600 XT qui raflait la tête du classement jusqu’à présent. Toujours en Full HD, l’écart se creuse davantage avec les autres modèles immédiatement supérieurs du marché, comme la GeForce RTX 3060 Ti (+36,5%) ou la Radeon RX 6700 XT (+46,7%). 

Image 14 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
Image 15 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

Rapportés au nombre de watts consommés par IPS, ces résultats perdent à peine de leur superbe, en Full HD. La Radeon RX 6600 se fait tout juste détrôner par la (bien plus onéreuse) Radeon RX 6800 (+13 %) mais aussi par la Radeon RX 6600 XT (+2,5 %), ce qui parachève de démontrer la domination d’AMD en matière d’efficacité énergétique.

Image 16 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD

Les nuisances sonores et la chauffe

Pour rappel, nous avons été amenés à modifier le système de refroidissement de la carte prêtée par XFX, après qu’un ventirad GPU ait rendu l’âme : les résultats peuvent ainsi ne pas être représentatifs du modèle d’origine. Nous viendrons les corriger à travers le test imminent de la déclinaison Powercolor de la même Radeon RX 6600. Pourtant, après une heure sous Wolfenstein Youngblood, nous avons mesuré une température moyenne comprise entre 55 et 57 degrés Celsius. C’est là aussi un excellent résultat face aux 59,1°C de la RX 6600 XT, ou aux 67°C de la GeForce RTX 3060.

Image 17 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
La consommation en idle
Image 18 : AMD Radeon RX 6600 : consommation (très) maîtrisée, pour le Full HD
La consommation en overclocking à 2700 MHz

La Radeon RX 6600 est un bon candidat à l’overclocking. Nous sommes parvenus à atteindre une fréquence maximale de 2700 MHz côté GPU, et de 1900 MHz côté mémoire, au prix d’une hausse de la température jusqu’à 86°C. 

Du côté des nuisances sonores, nous avons enregistré 34,7 dB(A) en pleine action, contre 32,8 dB(A) pour la RX 6600 XT et 31,4 dB(A) pour la GeForce RTX 3060. Là encore, notre système de refroidissement maison est peut-être en cause, mais la valeur reste vraiment faible, avec un léger vrombissement à peine perceptible. Là encore, nous corrigerons ce résultat dès que possible.

En conclusion

Les offres d’AMD et de Nvidia sont plus segmentées que jamais, du côté de l’entrée de gamme : seuls 4 maigres euros séparent la Radeon RX 6600 qui nous intéresse aujourd’hui de la GeForce RTX 3060, et il vous faudra dans les deux cas débourser 30 à 40 euros de plus pour monter immédiatement en gamme – si tant est que les tarifs officiels soient respectés.

Le principal intérêt de la Radeon RX 6600 : son efficacité énergétique savamment maîtrisée, pour du jeu en Full HD exclusivement. Elle ne se montre en effet « que » 2% moins performante que la GeForce RTX 3060, pour une consommation quant à elle inférieure de 16,8%. Si vous convoitez essentiellement cette définition, et que vous désirez intégrer une carte dans un petit boîtier à la configuration modeste, c’est un candidat vraiment séduisant.

Il n’en demeure pas moins que sa marge de manœuvre et son évolutivité restent limitées. Même s’il est possible de l’overclocker, au prix d’une sérieuse hausse de la température, elle cède franchement du terrain face à la GeForce RTX 3060 Ti qui n’est « qu’à » 80 euros de plus (en théorie). Évidemment, AMD ne vise pas à affronter directement cette carte (c’est davantage le rôle de la Radeon RX 6600 XT qui, elle, ne coûte que 40 euros de moins), mais si vous envisagez d’évoluer vers un moniteur QHD dans un futur proche, c’est un aspect à garder en tête.

En résumé, la Radeon RX 6600 reste une bonne solution si vous envisagez du jeu Full HD pur, sans amélioration prévue de votre équipement dans les prochaines années. Mais c’est aussi une carte qui a les caloducs entre deux chaises – à 40 euros de plus, la RX 6600 XT présente une plus grande polyvalence et hisse encore d’un rang l’efficacité énergétique, et (a priori) à 40 euros de moins, la future RX 6500 autour du GPU Navi 24 devrait être plus séduisante pour les budgets plus serrés. D’autant plus qu’à 117,5 FPS en moyenne en Full HD, la RX 6600 pourrait supporter d’être légèrement amputée sans dégrader fondamentalement le plaisir de jouer.