Accueil » Dossier » Guide d’achat : Processeurs

Guide d’achat : Processeurs

2 : Les points importants 3 : Un processeur pour chaque budget

Introduction

Pièce maîtresse d’un PC, le CPU (Central Processing Unit) reste encore la puce la plus délicate à choisir, car toutes les performances d’une configuration seront directement proportionnelles
à la puissance de ce dernier.


Surtout, du fait de la divergence d’architecture entre les
différents constructeurs, savoir bien choisir son processeur
devient de plus en plus compliqué car chaque type de processeur
implique son association avec un chipset bien particulier, et de
la Ram bien particulière, sans même parler du refroidisseur…
ce ne sont donc plus des processeurs qu’il faut comparer entre
eux, mais des plateformes contenants ces derniers éléments,
ce qui peut parfois faire malgré tout pencher la balance
dans un camp ou dans l’autre : on se souvient par exemple,
il y a encore 1 an, que malgré le fait que les Duron étaient
déjà moins cher et plus performants que les Celeron,
ces derniers étaient disponibles avec une gamme de cartes
mères bien plus conséquente car supportant un chipset
déjà existant, comprenant des cartes mères
deux fois moins onéreuse que la moins coûteuse des
cartes mères supportant les Duron… du coup Intel remportait,
malgré ses processeurs, notre préférence dans
le bas de gamme.

De plus, ces derniers temps le choix s’est complexifié du
fait de la divergence des architectures adoptées par les
deux géants Intel et AMD;


Intel, depuis maintenant bientôt deux ans, a introduit avec
son Pentium 4 l’architecture Netburst, basée sur la seule
augmentation de fréquence comme garant de la puissance de
ses processeurs. Moins performants à fréquence égale
que la génération précédente (les Pentium
3), ils tirent néanmoins leur épingle du jeu par une
bande passante très importante à tous les niveaux,
et, du fait de l’utilisation d’une architecture prévue pour
monter jusqu’à 10 Ghz (d’après Intel), d’une
bonne propension a l’overclocking, même si celle-ci ne pourra
se faire que via le bus processeur (FSB). En effet, Intel, tout
comme AMD, bloque les coefficients multiplicateurs de ses processeurs
en sortie d’usine. Mais contrairement à AMD, aucune
modification n’est envisageable après coup pour retrouver
l’usage de ces coefficients multiplicateurs.


En revanche, AMD a choisie de perpétuer l’architecture du
K7, qui dure maintenant depuis 3 ans, en attendant l’arrivé
du K8 (Hammer), prévue pour la fin de l’année. Cette
architecture est beaucoup plus puissante, à fréquence
égale, que l’architecture Netburst; c’est pourquoi AMD a
introduit en Septembre 2001, en même temps que la dernière
évolution de ses processeurs, l’appellation « PR-Rating ».
Le but avoué ? Donner un équivalent de la puissance
de son processeur en fréquence Pentium 4, car pour 90 % du
grand public, seule la valeur de la fréquence donne l’idée
de la puissance d’un processeur, ce qui était encore vrai
il n’y a pas si longtemps. Le problème de cette dénomination
réside en fait dans son principe, plus que dans son utilisation.
En effet, si l’Athlon XP 1600+, cadencé à 1.4 Ghz,
tient tout à fait la comparaison face au Pentium 4 1.6 Ghz,
il en va autrement de l’Athlon 2200+ par exemple, car réellement
cadencé qu’à 1.8 Ghz : tous les 66 Mhz, le PR-Rating
fait « gagner » 33 Mhz a l’Athlon, ce qui devient abusif
pour les hautes fréquences : cette appellation s’essouffle
donc avec la montée en puissance.

NB : Article temporairement endommagé suite au crash, merci de votre compréhension

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Les points importants
  3. Un processeur pour chaque budget