Accueil » Dossier » Le top des jeux les plus exigeants pour martyriser votre PC

Le top des jeux les plus exigeants pour martyriser votre PC

On leur doit tout autant de sacrées sueurs froides, après avoir constaté d’intenses saccades même en revoyant leurs paramètres à la baisse, que de vrais moments de plaisir, avec un rendu photoréaliste qui flatte la rétine : retrouvez notre sélection des jeux vidéo qui ont tant fait souffrir nos cartes graphiques… ou qui continuent de le faire !

Ce n’est pas un grand secret : alors que Nvidia et AMD ont déroulé leur dernière génération de cartes graphiques, bardées de technologies innovantes comme le calcul du ray-tracing ou l’upscaling via DLSS ou FSR, et qu’ils préparent déjà la prochaine, le monde du PC reste le terrain de jeu idéal pour débrider la créativité des studios de développement. Oui, les consoles de dernière génération embarquent plus que jamais des composants dernier cri n’ayant rien à leur envier, mais votre marge de manœuvre reste infiniment supérieure avec les titres PC, grâce à des paramètres plus nombreux et plus fins, et surtout un arsenal technologique encore supérieur … si votre budget le permet.

Doom Eternal
Crédit : id Software (Doom Eternal)

Souvent considérés comme de vraies démos technologiques, en marge de leur pur intérêt vidéoludique et de leur sens du gameplay, certains de ces titres œuvrent comme de véritables benchmarks et stress-tests pour classer des CPU et des GPU ou départager des configurations entre elles. Ils ne manquent d’ailleurs pas de figurer dans nos propres tests de cartes graphiques ou de configurations complètes !

Les meilleurs jeux et franchises d’action-aventure de tous les temps

S’il est impossible de prétendre établir un classement complet et objectif, nous nous sommes amusés à dresser la liste de nos candidats préférés en la matière. Nous avons volontairement maintenu certaines augustes références du passé qui, si elles ne parviennent plus à mettre à mal les configurations les plus récentes, restent ancrées dans nos mémoires pour les saccades qu’elles leur ont longtemps imposées !

Microsoft Flight Simulator

Microsoft Flight Simulator
Crédit : Microsoft

Inattendu comeback en août 2020, Flight Simulator renoue avec l’une des plus anciennes licences de jeux vidéo, avec un premier épisode développé en 1977 avant d’être revendue à Microsoft qui la commercialise pour l’IBM PC en 1982. Après près d’une décennie sans nouvelle, c’est l’équipe française d’Asobo Studio, déjà à l’origine du fabuleux A Plague Tale, qui prend le manche. 

Et avec quel talent ! Le titre brille tout autant par la qualité et l’authenticité de sa simulation, qui vous met aux commandes d’un grand assortiment d’avions, que par le réalisme de sa carte et de sa modélisation. Mais bien évidemment pour accéder à un tel niveau de sensations et une telle qualité de reproduction, vous devrez disposer d’un très sérieux arsenal graphique.

Assassin’s Creed Valhalla

Assassin’s Creed Valhalla
Crédit : Ubisoft

Douzième et dernier épisode en date de la série vedette d’Ubisoft, Assassin’s Creed Valhalla ne révolutionne pas fondamentalement la formule mais constitue un bon mètre-étalon pour mesurer les performances de votre PC. L’intrigue vous mène des terres gelées de la Norvège à la constitution d’une colonie viking dans l’Angleterre du IXème siècle.

Comme d’habitude dans la saga, cette trame est le prétexte à un open world époustouflant, avec une aire de jeu gigantesque qui renferme des paysages variés à perte de vue. En particulier, les effets de lumière et la distance d’affichage participent à un grand spectacle, susceptible de mettre à mal votre PC. Nous ne sommes pas sur un titre optimisé à fond pour tester les cartes graphiques dernier cri, notamment au niveau des effets de ray-tracing sur lesquels il fait l’impasse, mais le talent de l’équipe de développement a de quoi soumettre votre machine à dur régime.

Forza Horizon 5

Forza Horizon 5
Crédit : Microsoft

Célébrant plus de dix ans d’existence déjà, la série des Forza Horizon n’est plus cette seule “récréation” par rapport à la voie classique des Motorsport : elle s’impose aujourd’hui comme un pur défouloir en open world, avec un rendu plus arcade mais aussi des missions d’une grande diversité. Dans ce cinquième épisode, cap sur le Mexique avec l’une des cartes les plus larges et riches de la série, 50% plus grande que celle de l’épisode précédent.

Les meilleurs jeux de sport de tous les temps

Et cet environnement prend vraiment vie à l’écran, avec des décors d’une grande diversité, des éclairages et des lumières qui subliment les villages et les routes parcourus ainsi qu’un impressionnant niveau de détails tant sur les modèles de voitures que sur la végétation ou les obstacles qui parsèment votre progression. Cerise sur le gâteau, le titre exploite la prise en charge du ray-tracing des dernières cartes graphiques, avec un grand niveau de paramétrage.

Far Cry 6

Far Cry 6
Crédit : Ubisoft

Autre série vedette d’Ubisoft, Far Cry a vécu une transition intéressante, de pure démonstration technologique à ses débuts (la raison pour laquelle nous maintenons une référence au premier épisode dans cette sélection !) jusqu’à un open world plus classique mais aussi très dépaysant dans ses derniers épisodes. Et ça tombe bien : avec ses airs de révolution, Far Cry 6 renouvelle un peu la formule, tant sur le plan du gameplay que sur celui de la réalisation technique.

Les meilleurs FPS de tous les temps, jeux et franchises

Avec sa végétation luxuriante et ses décors très riches qui vous mènent tout autant au bord de l’eau qu’en haut de montagnes, il y a de quoi apprécier le rôle de touriste. Là aussi, le jeu profite d’un calcul du ray-tracing pour sublimer les effets de lumière, sur les dernières cartes graphiques compatibles.

Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077
Crédit : CD Projekt

Même s’il paraît aujourd’hui un peu en-dehors des radars, alors qu’une incroyable hype précédait sa sortie (au point de susciter une grande vague de déceptions voire d’agressivité, face à ses retards successifs !), Cyberpunk 2077 reste indubitablement un excellent candidat pour stresser votre CPU/GPU … et un jeu d’action-RPG aussi épique qu’inspiré.

Publié en décembre 2020 et développé par CD Projekt, c’est aussi le premier titre vraiment taillé pour exploiter et mettre à mal les GeForce RTX 3000 et les Radeon RX 6000 sorties fraîchement. Développé en parallèle de The Witcher 3: Wild Hunt, puis entièrement remanié par la suite, Cyberpunk 2077 profite de la dernière version du moteur maison REDEngine 4.Le titre tire par ailleurs parti des possibilités de calcul de ray-tracing des dernières générations de cartes graphiques. Il a également accompagné l’essor des services de cloud gaming, comme GeForce Now et Stadia, sur lesquels il était disponible dès sa sortie.

Ashes of the Singularity

Ashes of the Singularity
Crédit : Stardock

Publié le 31 mars 2016, Ashes of the Singularity est un jeu de stratégie en temps réel qui commence sérieusement à dater mais qui a marqué à sa manière l’histoire du genre … et du rendu des jeux vidéo au sens large. Il se démarquait notamment par la gestion poussée de milliers d’unités individuelles simultanément pour un monde et une aire de jeu bien plus large que la plupart de ses concurrents de l’époque. Et c’est justement l’échelle des conflits qui en a fait un véritable calvaire pour les plus petites configurations ! Il fut aussi le tout premier jeu vidéo à prendre en charge DirectX 12 et Vulkan, pour le grand bonheur des testeurs.

Les meilleurs jeux de stratégie (RTS) de l’histoire

Pour pouvoir afficher autant de détails à l’écran, Nitrous, le moteur du jeu, se distingue par un usage exemplaire et impressionnant du parallélisme. Il est donc capable d’extraire les performances des cœurs d’un CPU, mais aussi de l’asynchronous compute (calcul asynchrone) qui permet à un GPU d’optimiser son efficacité de calcul. Cette dernière fonctionnalité a sérieusement plombé les performances des GeForce, car Nvidia utilisait un ordonnanceur statique trop rigide pour ce type de calculs, ce qui a grandement profité aux Radeon. Il aura fallu attendre l’architecture Pascal et son ordonnanceur dynamique pour que Ashes of the Singularity tourne correctement sur les GPU verts. Le titre reste tout de même si demandeur qu’il est très souvent utilisé comme benchmark, même encore à l’heure actuelle.

Crysis 3

Crysis 3
Crédit : Electronic Arts

Le jeu souffle bientôt ses dix bougies, mais il reste toujours aussi mémorable techniquement, remettant au goût du jour la célèbre blague « can it run Crysis ?« , témoignage de son appétit gargantuesque. Aujourd’hui encore, Crysis 3 continue d’impressionner grâce à son célèbre moteur CryEngine 3. À sa sortie, les environnements, les effets d’eau, et les animations des visages ont tellement ébloui que l’on pouvait facilement oublier l’histoire assez désastreuse. Le jeu a aussi profité de textures très détaillées. La direction artistique ne plaît pas forcément à tout le monde, mais le photo-réalisme du jeu reste une référence, même après toutes ces années.

Aujourd’hui, Ubisoft continue de maintenir une version modifiée du CryEngine, le Dunia Engine, qui est notamment exploité dans les derniers épisodes de Far Cry. En avril 2015, Amazon a également investi dans une licence du moteur graphique pour une somme estimée entre 50 à 70 millions de dollars. Dès février 2016, le marchand en a créé une version étendue, Amazon Lumberyard pour nourrir ses propres ambitions dans le développement de jeux vidéo. Il se décline depuis le 6 juillet 2021 en une version alternative et open source, en partenariat avec la Linux Foundation, Open 3D Engine.

Final Fantasy XV Windows Edition

Final Fantasy XV
Crédit : Square Enix

FF XV : Benchmarks GPU et CPU

Après quelques années dans l’enfer du développement, et un changement de nom, Final Fantasy Versus XIII a enfin fini par sortir, y compris sur PC. Ce jeu, que nous connaissons désormais sous le nom de Final Fantasy XV, est l’un des plus beaux de la série, essentiellement grâce à l’utilisation de Luminous Studio, le moteur créé par Square Enix pour l’occasion.

Le jeu est très symbolique, car pendant longtemps aucune carte graphique, y compris les plus puissantes d’entre elles en SLI ou CrossFire, ne parvenait à le faire tourner dans la définition 4K60 promise avec le niveau de détail le plus élevé. Il est vrai que le titre manquait aussi d’optimisations, Final Fantasy XV étant également gourmand en ressources parce qu’il fait énormément appel à certains effets comme le Turf Effect (qui joue sur la qualité des brins d’herbe), le HairWorks ou encore le Shadow Libs et le Voxel Ambiant Occlusion. Au final, le titre est superbe et il est rapidement devenu un nouveau benchmark pour l’industrie, même si le benchmark officiel qui en est tiré reste décevant.

GTA V

GTA V
Crédit : Rockstar

On se souvient que GTA V était sorti avec presque deux ans de retard sur PC afin d’optimiser ses graphismes et de mieux tirer parti des ressources disponibles sur ces machines. On sait aujourd’hui que le pari est réussi, l’opus étant l’un des jeux vidéo les plus vendus au monde avec plus de 170 millions d’exemplaires écoulés. L’ironie est que l’on n’attendait alors rien de Rockstar et de son moteur RAGE, tout du moins sur le plan technique. Le jeu aurait très probablement été une franche réussite commerciale, même si ses graphismes étaient restés identiques à ceux de GTA IV, mais les développeurs ne se sont pas reposés sur leurs lauriers et ont sorti un environnement qui est resté pendant longtemps l’une des références en la matière.

Malgré une direction artistique proche des bandes dessinées et comics, on retrouve des jeux d’ombres très travaillés et des lumières convaincantes. Les graphismes sont riches et les textures détaillées, ce qui offre des paysages mémorables. Le jeu est aussi extrêmement bien optimisé, limitant grandement le nombre d’objets apparaissant soudainement (popup) lorsque l’on entre dans de nouveaux lieux. Enfin, la communauté a pondu d’innombrables mods graphiques qui valent vraiment le détour et propulsent le titre à des niveaux incroyables.

Prey

Prey
Crédit : Arkane

Test : analyse des performances de Prey sur 8 GPU

Nouvelle séquence nostalgie : l’autre grand jeu de ce classement utilisant le CryEngine, Prey, a marqué l’année 2017 parce que contrairement à beaucoup (trop) de titres actuels, la version PC était bien mieux optimisée que la version console. Après les déboires de Dishonored 2, Prey était une bouffée d’air frais grâce à un moteur tellement bien optimisé que même les petites configurations ont pu profiter d’un titre élégant.

En effet, le jeu a une direction artistique et des graphismes très réussis. Curieusement, les options pour modifier le niveau de détail sont assez limitées, mais l’ensemble est tellement bien optimisé que les temps de chargement sont beaucoup plus rapides que sur consoles. La version Windows a aussi des textures et des jeux de lumière nettement plus travaillés. Enfin, les réflexions des écrans sur le sol ou la gestion des ombres en contact avec les objets sont particulièrement réussies.

Project Cars 2

Project CARS 2
Crédit : Slightly Mad Studios

Test : analyse des performances de Project CARS 2 sur 10 GPU

Il fallait bien retenir un jeu de course automobile exigeant dans cette sélection et nous avons choisi Project Cars 2, nettement plus réussi que son successeur immédiat signé Slightly Mad Studios. Il fait appel au moteur physique LiveTrack 3.0 qui offre des interactions nettement plus réalistes et au MADNESS engine qui a fait le succès du premier opus. C’est aussi un titre très symbolique, car c’est l’un des rares de l’époque capable d’exploiter six threads à la fois, en tirant ainsi vraiment parti de l’HyperThreading, ce qui en fait aujourd’hui encore un excellent outil de test.

Il va sans dire que les graphismes sont aussi très alléchants. Le niveau de détail des véhicules est impressionnant, la physique des particules est convaincante, et les environnements et pistes s’approchent encore un peu plus du photo-réalisme.

Shadow of the Tomb Raider

Shadow of the Tomb Raider
Crédit : Eidos

Test : Shadow of the Tomb Raider, analyse des performances sur 8 GPU

Après des années de titres décevants qui ne réinventaient plus la formule, la saga de Lara Croft est de retour à travers un reboot sous forme de trilogie. Tomb Raider, le premier opus de cette série Survivor, était excellent, suivi deux ans plus tard de Rise of the Tomb Raider, qui reste encore aujourd’hui un titre PC absolument superbe. Son moteur graphique se nomme Foundation, mais les développeurs de Crystal Dynamics refusent de s’étaler sur ses caractéristiques techniques. Il reste tout de même une référence en raison des techniques qu’il embarquent.

En effet, Foundation était l’un des premiers à montrer ce que TressFX pouvait réellement faire. Concurrent du HairWorks de NVIDIA, ce système conçu par AMD est censé grandement améliorer le réalisme et les mouvements des cheveux ou brins d’herbe, entre autres. Les développeurs ont aussi travaillé sur la peau des personnages et les interactions avec divers éléments, par exemple la neige qui se déforme sous les pieds de la protagoniste. Deux ans plus tard, Shadow of the Tomb Raider conclut la saga en s’inscrivant autour d’outils similaires. Aujourd’hui encore, il s’impose comme l’un des plus gros budgets de toute l’industrie, avec 135 millions de dollars nécessaires à son développement.

Watch Dogs: Legion

Watch Dogs: Legion
Crédit : Ubisoft

Autre franchise signée Ubisoft, Watch Dogs a clairement monté en puissance au fil de ses épisodes. Développé entre Montréal et Toronto, le studio a appris de ses erreurs pour offrir un titre qui a réellement séduit et qui reste aujourd’hui une référence en raison de graphismes prenants. Optimisé pour les GeForce, le jeu offre 19 options pour modifier le niveau de détail et il tire clairement parti de GameWorks, l’API de NVIDIA.

Cela se traduit par la gestion du HBAO+ qui améliore les effets de lumière sur les textures, ainsi que la prise en charge du Hybrid Frustum Traced Shadows (HTFS) qui crée des ombres géométriquement réalistes et le Percentage Closer Soft Shadows (PCSS) qui adoucit progressivement les contours de certaines ombres pour qu’elles soient plus convaincantes. Au final, le deuxième épisode apporte sans doute la meilleure et la plus fidèle représentation de San Francisco dans un jeu vidéo à ce jour, avec un troisième épisode, Watch Dogs: Legion, qui s’attaque cette fois à la modélisation de Londres avec un soin et un rendu graphique similaires.

The Witcher 3: Wild Hunt

The Witcher 3: Wild Hunt
Crédit : CD Projekt

Publié en 2015, The Witcher 3 reste encore aujourd’hui l’un des plus beaux RPG à ce jour. Le monde absolument immense et riche en missions et interactions, en personnages et en batailles en fait aussi l’un des jeux open world les plus convaincants, ce qui explique tous les mods qui continuent d’être développés, malgré le fait qu’il aura bientôt trois ans. Pour arriver à leurs fins, les programmeurs de CD Projekt RED ont utilisé le moteur REDengine 3, une mise à jour de REDengine 2 utilisé par The Witcher 2.

Le résultat est tellement impressionnant qu’il reste encore aujourd’hui une référence en la matière et un must des protocoles de tests. En plus des textures, jeux de lumières et particules, le titre se démarque par l’absence de temps de chargement lorsque l’on passe d’une scène ou d’un village à l’autre, grâce à une gestion innovante des textures en mémoire. Le moteur est capable de prédire ce qui va être affiché et les environnements sont conçus de telle façon qu’ils cachent le plus possible l’apparition progressive des éléments à l’écran pour offrir une expérience extrêmement fluide, malgré la complexité et la richesse des scènes calculées.

Star Citizen

Star Citizen
Crédit : Cloud Imperium Games

Ce classement rompt avec ses dogmes et fait de la place pour un titre qui n’est (toujours) pas encore sorti : Star Citizen. Très anticipé, le jeu n’a pas encore une date de sortie, mais les premières images du gameplay de la version Alpha laissaient sans voix. Annoncé en 2012 sur Kickstarter, il s’inspire beaucoup de Wing Commander et Freelancer et il est l’un des grands titres à utiliser Lumberyard, le moteur d’Amazon fondé sur CryEngine, sur lequel nous sommes déjà revenus.

Les premières images montrent des calculs physiques précis permettant de bien gérer les particules, des textures riches et des espaces d’une grandeur impressionnante. Selon les dernières nouvelles, les développeurs travaillent sur le parallélisme du code pour mieux exploiter les threads des CPU, ainsi que sur l’anticrénelage et les jeux de lumière sur les surfaces vitrées. On espère seulement avoir bientôt une vraie date de sortie !

Les meilleurs jeux de rôle (RPG et MMORPG) de tous les temps