Rage de Linus Torvalds : les patchs Meltdown et Spectre d'Intel sont « pourris » !

Linus TorvaldsLinus Torvalds

Linus Torvalds a fait savoir son mécontentement envers Intel dans une série d’emails publics dans lesquels il explique que « les patchs [Meltdown et Spectre d’Intel] sont complètement et totalement pourris ». Le célèbre développeur va même jusqu’à dire que le code « fait des choses qui n’ont pas de sens », comme ajouter des fonctions qui ne seraient pas nécessaires, pour laisser penser que le correctif est plus complexe qu’il n’y paraît.

Le mauvais jeu d’Intel ?

L’autre grande complainte de M. Torvalds semble être que certaines parties du correctif ne sont pas activées par défaut. Il pense qu’Intel cherche à masquer l’impact de certaines fonctionnalités dans les benchmarks et que la firme tente aussi de se protéger contre un procès potentiel. Il affirme aussi qu'Intel laisserait aux développeurs de Linux le soin de les activer au lieu de le faire et d'assumer les conséquences.

Posez une question dans la catégorie Les news : vos réactions du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Newman4
    Et pourquoi mettre une image aussi vulgaire ????
  • David Civera
    Hein? :pt1cable:
  • magellan
    Mouais. Du Torvalds toujours aussi imbécile dans sa comm'... A force d'aboyer comme un crétin il va pousser les gens à ne plus l'écouter, et ce même s'il a raison.

    quelques exemples:
    - Les "F*** you" envoyés à Nvidia
    - Son attitude stupide vis-à-vis des dev
    - Et là grogner comme un crétin contre Intel.

    Qu'il ait raison, ça je veux bien lui laisser le bénéfice de son expertise, mais se dresser en "moi je rage na na na na" me fait plus songer à un gosse trop gâté qui pense pouvoir ouvrir sa tronche à tort et à travers, qu'à un représentant de la compétence du dev libre.

    NOTA: il n'est pas le seul au monde à avoir une compétence. Cet imbécile chronique semble l'oublier dès qu'il communique avec le monde extérieur.